Dans un monde imaginaire

Comment réagiriez vous si vos personnages de manga serait devant vous? C'est ce qui arrive à Émilie qui ne sais pas du tout quoi faire de cela.

2Likes
0Comments
1585Views
AA

15. souper familial

Camille: Debout Mimi!!! Mamie et papi sont venu nous voir!

Je pris mon oreiller et lui lançai au visage. Cela n'eu pas le résultat espéré. Tout ce que ma petite sœur voulait c'était que je me lève au plus vite. Elle me criait après et je fini par sortir la tête de sous les couvertures. Ma presque nuit blanche avait laissé des traces comme le fait que j'avais les yeux qui collait. Quand je pu voir un peu mieux, je remarquai la tâche de rouge à lèvre qu'il y avait sur la joue de Camille. Ce qu'elle disait était donc vrai. Dans ce cas, il fallait que je me lève au plus vite. Je me mis une petite robe chic me coiffai et me maquillai. Ce que je faisait rarement, mais puisque mes grand-parents étaient là valait mieux être présentable. Mes grand-parents étaient des personnes très riches et qui aimaient le montrer. Aussi, pour eux voir une fille en pantalon était un énorme scandale. C'est pour cela que à chaude fois qu'ils viennent nous sommes tous sur notre 31. Je descendis au salon prudemment, je ne voulais pas que mes grand-parents me remarquent tout de suite car je savais que je finirait comme ma sœur, c'est à dire avec une énorme trace de rouge à lèvre sur la joue. Je me faufilai parmi les autres membres de ma famille pour aller m'écraser sur le divan. Par mal chance ma grand-mère me remarqua tout de suite.

Mamie: Émilie!!! Ça fait tellement longtemps que je ne t'ai pas vu! Tu as bien grandi dis donc. Une vrai belle jeune femme. Tu ressemble tellement à ta mère à son âge.

Ma mère: Maman, lâche la un peu. Elle vient à peine de descendre au salon que tu l'agresse déjà.

Ma grand mère accorda à sa fille un regard qui lui disait de se mêler de ses affaires, mais elle me lâcha quand même. J'essayai tant bien que mal de faire partir la tâche de rouge à lèvre sur ma joue, mais c'était peine perdu. Après quelques heures de bavardages, mon père eu l'idée de faire visiter la maison à mes grand-parents car il avait fait quelque rénovation depuis la dernière fois que ses beaux-parents étaient venu. Quand ils étaient rendu à visiter ma chambre, je me mis légèrement à paniquer. Je n'avais pas avertie Natsu de la visite de mes grands-parents et j'avais peur qu'ils le trouvent là parmi le bordel ambiant. Quand mon père fut sur le point d'ouvrir la porte, je bloquai l'entré pour ne pas qu'ils entrent en disant tout plein de mensonges qui les dissuaderait d'entrer.

Moi: Papa... Est-ce que tu leur a fait voir l'agrandissement de la salle de bain? Je suis sûre qu'ils aimeraient.

Mon père: Non pas encore, mais je veux qu'ils voient la super bibliothèque que je t'ai construit.

Moi: C'est juste que j'ai pas eu le temps de faire le ménage avant qu'ils arrivent.

Mamie: T'en fait pas ma petite Émilie, j'en ai vu plusieurs des bordels dans ma vie et c'est sûrement pas la chambre d'une adolescente qui va me traumatiser.

Moi: Peut être, mais c'est une j'ai laisser des sous-vêtements traîner.

Papi: Ça fait rien. Moi tout ce que je veux voir c'est la bibliothèque que ton père t'a gentiment construit.

Je finis par me tasser sur le côté et les laisser entrer dans ma chambre en priant pour que Natsu soit bien caché.

Mon père: Voilà la chambre.

Mamie: C'est pas pire, Émilie, est-ce que tu me permet de jeter un coup d'œil à ta garde robe. Je veux voir c'est quand la prochaine fois qu'on va aller faire les magasins ensembles.

Moi: C'est que...

Avant même que j'ai eu le temps de finir ma phrase, ma grand mère avait déjà ouvert les portes de mon placard et sortait tout les vêtements qui était démodé ou qui semblait trop petit. Le soulagement que j'ai eu quand j'ai remarqué que Natsu n'étais pas là. Je me retournai alors vers mon père et mon grand père quand je remarquai que la fenêtre était entrouverte. Ils finirent par quitter ma chambre et je me retrouvai tout seule. Je couru presque vers la fenêtre et l'ouvrir pour regarder à l'extérieur et je remarquai une touffe de rose dans un buisson. Je me suis dis que c'était les cheveux de Natsu alors je l'ai appelé et il a tout de suite relever la tête vers moi.

Natsu: Enfin tu es venues me chercher. Je pensais rester ici pour le reste de la journée moi.

Moi: Eg beau tu peux rentré maintenant ils sont en bas et je les ai entendu sortir les bouteilles de vins. Alors tu risquer plus rien.

Natsu: Ahaha d'accord.

Il me sourit et s'assit sur mon lit pendant que je sortais de la pièce en prenant soin de fermer la porte derrière moi. Au salon, tout le monde fêtait fort. J'avais donc quelque heures de repos. Au souper, quelqu'un sonna à la porte. Mon grand-père qui avait un peu trop bu se cru dans sa maison et alla ouvrir. Il revint une minute plus tard avec un invité que je ne pensais pas revoir avant un certain bout. Quand Gabriel entra dans la pièce, je m'étouffai avec mon verre de jus pétillant. Ma tante qui avais aussi beaucoup bu me tapa trop fort dans le dos pour que je retrouve mon souffle. Mais je fini par me lever et aller voir Gabriel.

Moi: Pourquoi tu es là?

Gabriel: J'avais besoin de te parler.

Moi: Moi non alors tu peu partir.

Il était sur le point de retourner d'où il était venu mais mon grand-père décida qu'il devait rester pour le restant de la soirée. Cela créa un immense malaise entre nous deux, mais comme il n'y avait aucun échappatoire nous avons dus rester assis un à côté de l'autre sans rien dire. Quand la soirée fut fini, mes grand-parents partirent et Gabriel aussi. Juste avant qu'il ne sorte, je l'accompagnai à l'entré et il se retourna vers moi pour me dire au revoir.

Gabriel: Au revoir et encore désolé d'avoir déranger ton souper familial.

Moi: Au revoir et et pas si grave que ça.

Gabriel: Ah, une dernière chose avant que je ne parte. Je t'aime.

Après m'avoir dis cela il m'embrassa et se sauva en courant de chez nous. Je n'avais pas eu le temps de réaliser quoi que ce soit qu'il avait déjà disparu. Je touchai mes lèvres en pensant aux siennes qui était toujours aussi douce. Mais après l'avoir vu se battre avec Rin, mes sentiments envers lui avait changé. Je ne l'aimais plus comme avant ça c'était certain. J'allai au salon et me laissa écrasé sur le divan avant de choisir un film à écouter. J'avais besoin d'oublier ce baiser.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...