Les Protecteurs

Cela fait depuis cent ans que notre planète vit en prospérité. Sans guerre et sans conflit, nous n'avions plus peur, nous sommes en sécurité. C'est grâce à eux si nous sommes encore là, grâce à ces mystérieuses créatures qui nous protègent. Ils ne sont pas humains, mais nous les qualifions comme des « monstres », ou encore des « expériences » qui sont dotés de pouvoirs étranges et mystérieux. Mais personne, je dis bien personne n'a pu les voir en vrai. Des personnes disent qu'ils se mélangent avec nous sans même qu'on s'en rend compte. Ils sont comme des légendes pour nous, des anges gardiens. Je sais que ce n'est pas très logique tous ça, mais croyez-moi ! Ce sont des Protecteurs très puissants, mais repoussants. Oui, on a tous peur d'eux malgré tout ce qu'ils font pour nous. Ce dont je vais vous raconter va dépasser toute logique. Moi-même, j'ai dû mal à comprendre parfois. Mais tout ça est bien réel, ce n'est pas une blague, je vous le jure !

0Likes
0Comments
70Views

2. II.

Que serait ma vie si j'étais différente ? Que voulait-il dire par là ? Sur le coup, j'inclinais ma tête sur le côté alors que ses amis contestaient :

- Quoi ?! Eh Ethan, tu n'es pas sérieux là ?! On va encore se faire engueuler là-bas !
- Sérieux mec si tu fais ça, on sera mort ...

Ethan lançait un regard noir à ses amis et leur sortait d'un air menaçant :

- Taisez-vous ! Je vous rappelle que c'est la saison en ce moment ! On en a besoin !

Je ne comprenais pas ce qu'ils disaient, j'étais même effrayée. Mais de quoi ils parlaient bon sang ?! Voulant mettre un terme à cette discussion, je toussais fortement et leurs dis alors :

- Désolé de vous dire ça les mecs, mais je ne vois pas du tout de quoi vous parlez ! Donc si vous voulez bien m'excuser...

Je tournais alors les talons et partis reprendre mon service. Durant tout le long de la soirée, je remarquais que la bande de pervers n'avait pas quitté la table. Tiens, ils n'allaient pas retourner chez eux ? Dès que je vis l'heure, j'enlevais mon tablier et le rangeais avec les autres. Il fallait fermer donc, client où non, ils devront partir chez eux !
Je m'approchais vers eux et leurs dis avec sérieux :

- Aller, on ferme, donc vous sortez s'il vous plait !

Les hommes me regardaient et sortirent tous s'en dire le moindre mot. Étant donner qu'Elsa était déjà partie avant moi, c'était à moi de fermer le bar. Alors, une fois que tout le monde était sorti, je fermais derrière moi et rangeais les clés. Je marchais tranquillement en direction de mon appartement. La nuit était tombée depuis un bout de temps et seulement quelques lampadaires m'éclairaient les rues. Je n'aimais pas rentrer seul bien que je n'eusse guère le choix. Pendant que je marchais dans les rues les moins fréquentées, je remarquais des SDF qui me dévisageaient du regard. Ils étaient tous autour de plusieurs tonneaux, entrain de se réchauffer leurs mains.
Soudain, un cri retentit dans la rue. En me retournant, je remarquais avec surprise que l'un des SDF était à terre, tremblant de tout son corps. Une petite fille restait auprès de lui, triste et effrayé de voir l'état de la victime. Elle devait être sûrement sa fille ou quelqu'un de la même famille que lui. Par réflexe, je suis partie les rejoindre pour les aider. Je ne croyais pas en eux, pas aux Protecteurs. Ma grand-mère m'a beaucoup parlé d'eux quand j'étais encore gamine. Elle me racontait qu'ils étaient des créatures surnaturelles qui avaient la capacité de prendre l'apparence des humains. Ces créatures étaient dans notre monde dans le seul but de protéger la planète ainsi que les habitants. Mais bon, personne ne les a déjà rencontrés. Pour moi, c'étaient des créatures inexistantes et qui donnait plus de confiance à la population.

Dès que j'étais accroupie en face de la victime, je remarquais que, en plus qu'elle tremblait, d'autre phénomène se produisait sur elle : ses yeux étaient blancs comme la neige, ses veines ressortaient de son cou tandis que du sang s'échappait de ses lèvres sèches. Il essayait de parler, mais n'y arrivait pas.
Je sentis un frisson qui parcourait mon corps. J'avais peur de ce qui allait arriver pour ce pauvre innocent. Je n'allais pas le laisser ainsi, il fallait l'emmener au plus vite à l'hôpital ! Je me suis alors levée, cherchant du regard des personnes qui pourraient le porter. Mais tous semblaient apeurés par l'état de la victime. Alors, je fronçais les sourcils et leurs dis en m'énervant :

- Vite ! Il me faut des personnes pour le porter ! Aidez-moi s'il vous plait !

Mais, alors que certains se désignaient, je les vis tout se figer, apeurés. Et, au bout de quelques secondes, ils partaient tous en courant, même la petite fille.

- Quoi ? Mais...

Tout à coup, j'entendis un grognement derrière moi. Je me retournais et reconnus l'homme qui s'était transformé en une bête effrayante et assoiffée de sang. : ses yeux étaient devenus noirs comme les ténèbres, ses cheveux étaient blancs comme la neige, mouillés et sales, sa peau était blanche et quant à ses ongles... Ils étaient devenus des griffes comme ceux d'un félin.
Il n'était plus le SDF paumé, mais plutôt un monstre sanguinaire et horrible. Un frisson parcourut une nouvelle fois mon corps tandis que je fis quelques pas en arrière. Mais, au bout d'une seconde à peine, le monstre disparut de mon champ de vision. Mon cœur battait à mil à l'heure, la peur qui m'avait envahi depuis le début augmentait de seconde en seconde, mes jambes refusaient de bouger, c'est comme-ci elles, c'étaient empeignées dans le sol et mon corps tremblaient.
Soudain, la bête réapparut subitement en face de moi, seulement quelques centimètres non séparaient. Et, quelques secondes après, je sentis une force surhumaine qui soulevait mon corps. C'était sa main, sa main hideuse et géante qui s'était emparée de mon cou délicat. Elle la serrait, encore et encore jusqu'à ce que ses ongles s'enfonçaient dans ma chair. Je poussais un petit cri aigu alors que je commençais à avoir des difficultés à respirer. Il m'étranglait et je n'arrivais plus à voir mon agresseur. J'étais sur le point de mourir alors que je n'avais rien fait de particulier dans ma vie.

Mais, alors que je sentais que ma vie allait s'éteindre, une lumière blanche apparut derrière le meurtrier. Cette étrange lumière laissait place à une silhouette. Mais j'étais bien trop faible pour voir qui s'était. La bête poussa par la suite un cri strident comme si on lui arrachait son cœur. Elle me lâcha et c'est à ce moment précis que je me suis évanouie.

 

*

 

Lorsque j'ouvris les paupières, je remarquais que j'étais dans le néant. Je planais dans le noir le plus total. J'avais peur, étais-je morte ? Serait-ce donc ça la mort ? Une âme qui vagabondait dans le néant ?
Soudain, je vis une lumière qui apparut dans cette obscurité. Elle était ronde, géante et était en face de moi. Non, ce n'était pas une lumière blanche comme les fameux passages pour aller au paradis, ni même une lumière les plus banales. C'était la lune dont nous connaissions tous. Elle était là, elle était si proche de moi que je pouvais la toucher. Puis, une voix douce et mélodieuse s'adressa à moi :

« Ma douce Sabrina, t'a vie n'est pas terminée, elle vient tout juste de commencer. La nuit n'est pas ton ennemi, la lune te protégera de l'obscurité. Tu n'es pas une humaine comme les autres. Es confiance en toi et l'avenir te paraîtras beaucoup plus facile. »

Tout à coup, une silhouette apparut en face de la lune. Ce n'était pas celui d'un humain, mais plutôt d'une créature. Elle était banale mais aussi fantastique. Puis, la lune disparut et refit son apparition en haut de ma tête. C'est alors que je remarquais que cette obscurité qui me faisait peur au début ne m'effrayait plus. Je me sentais comme, à l'aise. Je fermais les yeux et lorsque je les ouvris, je découvris plusieurs animaux qui étaient en face de moi. Je n'étais plus dans l'obscurité, mais dans une forêt, éclairé par les créatures et la lune. Il y avait trois animaux au total : l'un était un loup blanc aux yeux dorés qui étaient me regardait. Il ne semblait pas agressif, au contraire, il était assis en face de moi. Sur lui se trouvait un majestueux corbeau noir. Bizarrement, cela ne dérangeait pas le loup de l'avoir sur sa tête. À sa droite se trouvait un mystérieux cobra aux écailles noir et doré. Il était sur un tronc d'arbre. Et, à la gauche du loup avait un magnifique tigre. À la différence des autres, celui-ci était plus confiant, plus étrange. Il était début et me regardait de ses yeux bleus.

« Tu dois faire un choix Sabrina... Ai confiance en toi et tu trouveras l'animal qui sommeille en toi. » Dit la voix mélodieuse qui surgit dans mes pensées.

Dès que je fermais les yeux, je ne pensais à plus rien. Je devais faire un choix entre ces différents animaux. Et quand j'ouvris mes paupières, je fis un pas vers l'un d'entre eux, approchait ma main vers le visage de la créature et une lumière blanche apparut et elle m'éblouissait. C'est alors que la forêt disparut, la lune aussi ainsi que les animaux...

 

*

 

 Lorsque je me suis réveillée, je remarquais que j'étais allongée dans un lit. Et, assit auprès de moi se trouvait une jeune fille qui était ravissante.

- Salut Sabrina, enfin, tu t'es réveillée !

Je regardais autour de moi et je constatais que j'étais dans une infirmerie comme dans les écoles. Je m'asseyais, et sentis une brûlure qui s'emparait sur mon cou. Je fronçais les sourcils et la regardais un peu perdu :

- Mais... Où suis-je... ? ? Et, qui êtes-vous... ?

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...