The Elements - Tome 1 : Lost Memory

Les souvenirs, la mémoire, ce sont des choses qui sont indispensables à l'homme pour éviter de devenir fou. Sans ça, notre cœur souffre, notre cerveau nous joue des tours, nos proches tentent de rien nous dire. Tout est vraiment flou en moi, j'en ai terriblement mal de ce fardeau.Pourtant, je me souviens encore que d'une seule chose avant que je perde la mémoire. Enfin, il s'agit plutôt d'une phrase qui hante mes rêves chaque nuit. C'est moi qui prononce ceci à une personne dont je n'arrive pas à voir le visage. « Si seulement je pouvais effacer mes souvenirs, notre relation... Tout serait tellement plus simple ! ». À chaque fois que je m'entends prononcer ça, je sens comme un poignard qui entaille mon cœur. J'ai mal, ce rêve me fait terriblement souffrir. Et cette personne, qui est-ce donc ? Pourquoi je n'arrive pas à le voir dans mes rêves ? Il faut que je trouve une solution, je suis prête à tout pour retrouver la mémoire qui est due à cause de ce stupide accident de voiture... !

0Likes
0Comments
98Views
AA

4. Chapter 4.

Dès cet instant, je ne sais plus quoi faire. Je deviens de plus en plus inquiète, mon cœur bat de plus en plus et les nuages qui sont aussi noirs que la nuit me font de plus en plus peur. Mes yeux me brûlent tellement que je suis obligée de me les frotter. Mais j'arrive pourtant à voir ce qui se passe malgré cette affreuse douleur. Et, cette sensation d'être entourée par un brouillard, une nappe de fraîcheur ne me rassure pas. Au début, je la sentais juste, mais maintenant, j'arrive à la voir. Elle est aussi noire que ces nuages. Qu'est-ce que j'ai fait ? Que m'arrive-t-il ? Comment j'ai fait ça ? Rien qu'en me posant ces questions, j'en ai la migraine. Je regarde autour de moi et remarque que les lycéens qui semblent aussi paniquer que moi. Ils se précipitent, se réfugient, cours, tombent, crient... C'est l'apocalypse. Inconsciemment, le collier que je tiens entre mes mains tombe par terre, et, brusquement, une dame assez âgée me bouscule pour rentrer dans le lycée pour se protéger. Je tombe alors en arrière et me cogne la tête contre le mur. Aïe... Je me relève difficilement, la main contre mes cheveux et observe une nouvelle fois ces nuages noirs. Je n'ai jamais vu ça auparavant, c'est même effrayant de voir ça. Ce temps qui est tellement effrayant, le devient encore plus. Des minies tornades apparaissent et commencent à dévaster le supermarché en face du lycée. C'est... C'est impossible ?! Des tornades en France !!! On n'a pourtant pas les conditions pour avoir ce genre de temps ! C'est complètement impossible ! Je dois faire sûrement un cauchemar ! Oh non ! Un pauvre chien se fait aspirer dans cette tornade ! Subitement, j'ai la sensation que quelque chose de chaud enveloppe mes mains. Je jette un coup d'œil alors et vis... Des flammes ?! Je suis en feu ?! Mes mains sont en feu ?!

Soudain, j'entends des cris qui retentissent, la foule est encore plus paniquée qu'au début. La tornade, qui au début était toute petite, est maintenant aussi grosse que dans des films et, elle est en feu ! Mais comment ?! C'est impossible, il n'y a plus de logique ! Paniqué, je cours et rentre dans le lycée. Je suis l'une des dernières personnes à mettre réfugié ici. Je ne sais pas si c'est une bonne idée, mais c'est le seul endroit que j'ai pensé pour me protéger. Lorsque j'ai franchi le portail, je continue de courir dans la cours avec d'autre personne et, en l'espace de quelques instants, je jette un coup d'œil vers la tornade qui est en feu. Ce qui est en train de se produire est à la fois effrayant et époustouflant, jamais auparavant, j'ai assisté à ce genre de chose. Les flammes dansent, protègent cette tornade qui est en train de détruire tout ce qui est en travers de son chemin. J'en ai le souffle coupé et mon cœur commence à s'accélérer.

Soudain, une voix familière m'interpelle :

 

- Leana !

 

Cette, voix, je la connais, c'est Killian ! Il se précipite vers moi et m'enlace dans ses bras musclés. À la différence des autres personnes, il ne semble inquiet pas pour ce qui se passe dans le ciel, mais pour moi. Pourquoi ? Parce que je suis là seule élève qui est proche de ce temps ? Et malgré je suis à la fois inquiète et fasciné par le spectacle, l'odeur du brun me rassure. Le mélange de la rose et de la mer sont deux significations contraires : la rose représente la pureté et la beauté dangereuse alors que la mer est plutôt l'aventure, l'audace. Ce sont, bien sûr, deux qualités que je n'ai pas comparées à lui. D'ailleurs, ce qui est étrange, c'est que cette odeur me rappelle mon collier... Oh non... Mon collier ! Je l'ai fait tomber !! Oh non, mon porte-bonheur... Il faut que je le retrouve ! Je recule, ne faisant pas attention à sa réaction et lui dis, paniqué :

 

- Mon collier... ! J'ai perdu le collier... !

 

Le brun ne répond pas, il me regarde sans la moindre réaction, la moindre expression sur son visage. Mon cœur bat encore plus, je n'aime pas qu'il réagisse ainsi, ça me fait peur. Est-ce une catastrophe que j'ai perdu le collier ? Durant quelques secondes, il ne fait rien. Mais enfin, il finit par craquer. Il fait lui aussi quelques pas en arrière. Il passe l'une de ses mains dans ses cheveux et regarde en l'air, sur les nerfs :

 

- Et merde... Leana bordel !

 

Tout à coup, des tuiles s'envolent dans les airs, dus à la tornade et quelques-unes s'apprêtent à s'abattre sur nous. Je ne sais pas comment réagir dans cette situation une fois encore. Par réflexe, je me blottis dans les bras de Killian et ferme les yeux. Je vais mourir, ici, dans le lycée. Je reste là, contre lui. Il ne semble pas bouger. Et, il ne se produit rien. Je ne sens pas les tuiles qui se percutent contre nous, qui nous frappent nos corps jusqu'à ce qu'on en meure. J'ouvre les yeux, et c'est alors que je découvre un mur, mais pas n'importe quel mur ! Celui-ci est un feu. Enfin, ce n'est pas vraiment un mur, on aurait dit plutôt une sorte de bouclier en flamme, permettant de nous protège. À l'intérieur il y a Killian, madame Canata et moi. La professeur est très proche des flammes, elle tend ses mains contre celui-ci. Ses mains sont aussi en feu, comme-ci, c'est elle qui a fait apparaître ça. C'est tout simplement incroyable. Mais on dirait qu'elle a quelques difficultés : ses sourcils sont froncés, de la sueur coule sur son front et ses bras commencent à trembler.

 

- Killian, il faut agir au plus vite ! N'oublie pas qu'il faut la protéger coûte que coûte !

 

Avant qu'il me lâche, il pose l'une de ses mains contre ma joue. Il la caresse, ses yeux bleus transpercent les miens et me murmure :

 

- Ne bouge surtout pas.

 

Sur ses mots, il me lâche et rejoint ma professeur. Il lui demande de sortir de ce bouclier et une fois que c'est fait, il ferme les yeux et tend ses mains vers la tornade. Lorsqu'il les ouvre, ses yeux brillent et de l'eau surgit de ses mains se précipitent sur la tornade. La couleur est aussi bleue que celui de l'océan qui dégage est la même que celui de mon collier et de l'homme. C'est époustouflant... L'eau scintille tout comme ses yeux, il encercle la tornade à tel point qu'on ne voit plus que l'océan qui caresse, serre et ensuite la détruit petit à petit. J'ai l'impression que, plus je regarde ce spectacle impressionnant entre, le bouclier en flamme, la tornade en flamme et l'océan qui l'entoure, que je suis en train de faire un rêve, ou d'être dans un film fantastique. Et pourtant, je suis bien dans la vie réelle, croyez-moi, je ne suis pas folle. La nappe d'eau serre de plus la tornade jusqu'à ce que celle-ci finisse par disparaître. Et, au même moment, tandis que j'observe ce spectacle, je sens comme une drôle de sensation se produire dans mon corps. Mon cœur commence à se serrer de plus en plus, tous mes muscles me font de plus en plus mal, j'ai du mal à rester debout et j'ai la migraine. Que m'arrive-t-il encore ? Faible, je tombe alors dans les pommes, inconscientes.

 

- Leana !!

 

***

 

Lorsque j'ouvre les yeux, la première chose dont je perçois est les deux dernières personnes avec qui j'étais lors de l'incident. Ce qui s'est passé n'est pas un rêve, j'ai encore mes mains qui tremblent et mon collier n'est toujours pas autour du cou. J'observe avec difficulté le pion et la professeur. L'une est en train de lire un livre ou quelque chose comme ça tandis que l'autre tourne en rond, inquiet. Et, dès qu'il jette un coup d'œil vers moi, celui-ci se précipite vers moi. Au fur est à mesure que je me réveille, je parviens à constater que nous sommes à l'infirmerie du lycée. Ce n'est pas la première fois que je viens ici pour me plaindre de petits problèmes inutiles.

 

- Ça va ? Me demande-t-il tout en caressant mes cheveux.

- Oui...

 

Je me souviens exactement de ce qui s'est produit : la tornade, les flamme et l'océan... Tout... Qu'en est-il des habitants de la ville ? Est-ce qu'ils vont bien ? Toutes ces questions qui tournent dans ma tête ne font que de propager une douloureuse migraine. Je pose alors ma main contre mon front et grimace. J'ai l'impression que quelqu'un s'amuse à taper dans mon cerveau comme-ci, c'était un jouet. L'homme prend ma main délicatement, la détache de mon front et dépose d'un geste délicat des glaçons qui sont enroulés minutieusement autour d'une serviette. Le contact du froid permet d'enlever cette vilaine migraine, mais aussi une prestigieuse bosse qui se situe sur mon front. Je ne l'ai pas remarqué lorsque je me suis réveillée. Mais, plus je reste éveillé et plus je prends conscience de la situation. Un pion, une professeur et une élève dans une salle fermé. Hors ceci est contre le règlement. Et puis, elle n'a pas cours normalement ? Ils n'ont pas des choses prévues ? Je jette un coup d'œil par la fenêtre et remarque que la nuit va bientôt tomber. Les brumes cachent petit à petit le haut des bâtiments tandis qu'un magnifique spectacle entre les couleurs du ciel s'offre à nous. Un mélange de rose et de bleu/violet se confondent peu à peu que le soleil se couche. C'est tout simplement magique de voir ça.

Soudain, la voix du professeur me ramène à la raison :

 

- Enfin, tu es réveillée ! On a failli rester enfermé au lycée si tu continuais à dormir, tu sais ?

 

Elle pose son livre sur une petite table blanche en bois et s'approche de moi. Quant au pion, sa présence, mes indispensables bien que je ne sais pratiquement rien de lui. C'est pour cela qu'il reste auprès de moi. Il est assis auprès de moi, regardant sa petite-amie se rapprocher de nous. Elle me sourit, l'une de ses mèches ébène tombent gracieusement sur son délicat visage, cachant légèrement ses yeux. Je détourne le regard, ne voulant pas la regarder dans les yeux et lui demande une bonne fois pour toute :

 

- Qu'est-ce qui s'est passé ?

- Tu t'es évanoui rien de plus, me dit-elle tac-au-tac.

 

Bien évidemment, je ne le crois pas. C'est dit sont complètement faux, ce don quoi j'ai assisté n'était pas un rêve, c'était bien réel, j'en sûr ! Je tapote ma main vers mon cou, à la recherche du collier et lui pose alors comme question :

 

- Alors comment ça se fait que je n'ai plus mon collier ? Il a disparu lorsque je suis tombée dans les pommes, c'est ça ? Je sais que les professeurs ont toujours raison, mais là, je ne suis pas idiote. Ce don quoi j'ai assisté été bien réel, j'en suis sûr à cent pourcent. Mon collier est tombé lorsqu'il y a eu cette tempête. Et...

 

A force de trop parler, je finis par être interrompu. Killian se lève de sa chaise et me dit tout en me regardant dans les yeux :

 

- Oui, tu as raison, ce que tu as vu n'était pas un rêve...

- Killian !

 

Madame Canata s'empresse de prendre le bras du beau brun et de l'emmener dans un endroit où je ne pourrais pas entendre. Durant leurs discussions, la professeur me regarde de temps à autre, inquiète. Puis, quand ils ont fini, ils viennent me voir et, comment dire, l'ambiance est devenue tout à fait différente, voir étrange...

 

- Killian a raison, ceux à quoi tu as assisté n'était pas un rêve. C'était bien réel.

 

À cet instant, je sens une légère brise d'air qui vient envelopper mon corps comme-ci celle-ci tente de me rassurer. Pourtant, toutes les fenêtres sont fermées, le chauffage ne fonctionne pas et la porte est fermée. C'est étrange, comment je peux ressentir cette sensation au juste ? Je m'assois sur le lit, posant au passage la serviette de glaçon sur la table de nuit et plisse les yeux légèrement.

 

- Mais... C'est impossible, comment cela a pu bien se produire ?

- C'est très simple, répond le brun, tu t'es séparé du collier. Tu n'as pas écouté mon avertissement. De ce fait, tu as créé une sorte de tornade gigantesque devant le lycée sous le coup de tes émotions.

- Attends une minute... Tu es en train de me dire que c'est moi qui ai fait apparaître ce truc énorme ?! C'est tout simplement impossible !

 

Comment ? Comment j'ai pu faire apparaître ce genre de chose lorsque je me suis séparé du collier hein ?! Et sur le coup de l'émotion en plus ? J'étais quoi à ce moment-là déjà ? En colère, énervée et curieuse ? Ils se moquent de moi ! Je regarde autour de moi subitement sur chaque coin du mur et leur demande, un peu perdu :

 

- C'est une blague, c'est ça ? Il y a des caméras cachées ou quelque chose dont ce genre ?

 

La professeur soupire. Elle croise les bras et fini par me dévoiler d'un ton désespéré :

 

- Non ce n'est pas une farce Leana, mais bien la réalité. En fait, Killian et moi sommes des Éléments. Des Éléments sont des personnes qui disposent des capacités hors nome dont les humains n'ont pas. Ce sont des immortels qui ont l'objectif de garder le maintien de l'espèce humaine. Ils ont été envoyés par le seigneur tout-puissant. Et non ce ne sont pourtant pas des anges. Ils sont comment dire, des créatures qui sont inexistantes pour les humains. Ce qui explique pourquoi personne ne parle de ces créatures. Les mortels ne doivent en aucun cas connaître l'existence des Élément. Si cela arrivait, alors ça serait comme la fin du monde.

 

Je fronce les sourcils, comprenant que la moitié des choses. Ce que dit la professeur est complètement inimaginable. Je n'ai jamais entendu parler des Éléments et pourtant, je suis une passionnée concernant les choses surnaturelles. Et puis, si elle ne veut pas qu'un humain apprenne cette existence, pourquoi elle me parle de ça, je suis pourtant une personne tout à fait normale !

 

- Attend... Ce n'est pas logique ce que vous me dites là. Si nous les humains ne doivent pas savoir ce genre de chose, pourquoi vous me racontez ça ? Ça n'a pas de sens !

 

Alors que la brune s'apprête à me répondre, Killian répond à sa place :

 

- C'est parce que tu n'es pas un humain. Leana, tu es comme nous, tu es un Élément. Chacun possède un collier particulier qui permet de contrôler l'élément qu'ils ont.

 

Pendant qu'il m'explique, il sort de son haut un collier. D'un geste délicat, je prends le cristal dans ma main, faisant attention de ne pas l'étrangler avec la chaîne et l'observe attentivement. Il s'agit d'une chaîne maintien un pendentif en forme de cristaux. C'est bleu, la couleur ressemble à celle de l'océan. Et... Oh ! On dirait que le cristal le tient en prisonnier. Je sens encore son odeur qui enivre mes narines. C'est tout simplement fascinant...

Alors comme ça, je suis un... Élément ? C'est impossible, comment je peux être un Élément au juste ?

 

- Quoi mais... Je ne peux pas être un Élément. Et qu'est-ce qui permet de les différencier par rapport à un humain mise à part le fait qu'ils soient immortels ?

 

Le pion m'enlève de ma main son pendentif et conteste d'une voix calme :

 

- Ils ont la même apparence que les humains. Et leurs particularités sont que chacun d'entre eux possède un élément : eau, feu, terre, air... Mais nous sommes que douze au total d'avoir ce don. Si l'une d'entre elles engendre un enfant, alors ça sera lui qui recevra ce pouvoir. Quant à tes parents, c'est l'un d'entre eux qui était autre fois un élément. Enfin non, ils étaient tous les deux des Éléments jusqu'à ce que tu viennes au monde. De ce fait, c'est toi qui as hérité de ces gènes.

 

- Et quel est l'élément que je possède alors ?

 

Le pion et la professeur se lancent un regard entre eux. Madame Canata semble contrarié. Ai-je dit quelque chose de mal ou quoi ? Aucun des deux ne me répondent. Je n'aime pas ce silence, cela ne signifie rien de bon. Surtout que, j'ai encore beaucoup de mal à comprendre la situation. Les éléments, les héritiers, les pouvoirs, l'immortalité... Tout s'embrouille dans ma tête. Et le fait que personne ne me répondent ne fait que m'agacer encore plus.

 

- Pourquoi vous ne me répondez pas ? Qu'est-ce qui se passe ?

 

Rien, ils ne me répondent pas. Je fronce les sourcils tandis que mon professeur dit enfin :

 

- Et bien, comme tes parents étaient tous les deux des Éléments, tu possèdes deux éléments. Enfin pour l'instant...

- Comment ça pour l'instant ?

- Tu es instable, on ne sait pas ce que tu es capable de faire plus tard.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...