The Elements - Tome 1 : Lost Memory

Les souvenirs, la mémoire, ce sont des choses qui sont indispensables à l'homme pour éviter de devenir fou. Sans ça, notre cœur souffre, notre cerveau nous joue des tours, nos proches tentent de rien nous dire. Tout est vraiment flou en moi, j'en ai terriblement mal de ce fardeau.Pourtant, je me souviens encore que d'une seule chose avant que je perde la mémoire. Enfin, il s'agit plutôt d'une phrase qui hante mes rêves chaque nuit. C'est moi qui prononce ceci à une personne dont je n'arrive pas à voir le visage. « Si seulement je pouvais effacer mes souvenirs, notre relation... Tout serait tellement plus simple ! ». À chaque fois que je m'entends prononcer ça, je sens comme un poignard qui entaille mon cœur. J'ai mal, ce rêve me fait terriblement souffrir. Et cette personne, qui est-ce donc ? Pourquoi je n'arrive pas à le voir dans mes rêves ? Il faut que je trouve une solution, je suis prête à tout pour retrouver la mémoire qui est due à cause de ce stupide accident de voiture... !

0Likes
0Comments
101Views
AA

2. Chapter 2.

Mais qui est donc cet homme qui discute avec mon professeur de LELE ? Si ça se trouve, il s'agit de la personne qui j'ai percuté ce matin ! Ce qui expliquerait pourquoi il parle du collier qui le mien. Enfin non pas exactement, mais on me l'a donné donc il a moi ! Non ? Si ça se trouve, il s'agit de la personne qui j'ai percuté ce matin ! Alors, j'ouvris légèrement la porte pour voir l'homme. Mais, malheureusement, alors je suis à deux doigts de voir qui sait, des amis m'interpellent :

- Leanouh !
- Et ben Leana tu sais très bien que ce n'est pas bien d'écouter aux portes !

Surprise, je me suis retournée, dos à la porte, la pousse s'en faire exprès et je sens alors mes jambes me lâcher. Et merde, je suis en train de tomber ! Lorsque mon corps part en arrière, je remarque que mes amis tentent de me rattraper. Mais ils sont bien trop pour le faire. Et, alors que ma tête allait se frapper contre le sol, deux bras s'emparent de mon corps, me retournent pour qu'ainsi, je me retrouve debout, plaqué contre le corps d'une autre personne. Et, encore une fois, la personne qui me sauve la vie n'est d'autre que celui de ce matin. Comment pouvais-je le remarquer alors que mon visage est plaqué contre son torse ? C'est assez simple, c'est grâce à son odeur, c'est le même que lorsque je l'ai percuté. Encore sous le choc, mon corps bat à mille à l'heure, alors que le sien tambourine fortement dans sa poitrine. D'ailleurs, je peux facilement distinguer la structure du corps de l'homme. Ses poils rebelles de son torse sortent de son haut noir en V. Ses bras sont assez musclés, ce qui explique la force qu'il a pour m'avoir relevée et retournée. Et son torse... Il est bombé... Il est tout simplement parfait ! Je me mordille ma lèvre inférieure, relève mon visage et pose mes yeux noisette sur les siens. Il est tellement beau comme ça... Il semble à la fois confus et inquiet. Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? Ah oui, c'est vrai, j'ai « écouté aux portes » par hasard ! Je pose mes mains une nouvelle fois sur son corps robuste et lui dis, confuse :

- Je... Je suis désolée... Je passais par hasard et...
- Tu vas bien ? Me demande-t-il, inquiet.

Je sens mes joues rougir et je lui réponds alors avec ma petite voix :

- Oui...

Mes amis sont derrière moi et madame Canata s'approche vers moi. Elle croise les bras, fronce les sourcils et regarde l'homme et moi, un peu sur les nerfs :

- Je ne vous dérange pas peut-être ?

C'est assez rare de la voir en colère ainsi, mais en même temps, il y avait de quoi ! J'ai assisté à une discussion que je n'aurais pas due, je suis de nouveau dans les bras de l'homme alors qu'il est trop vieux pour moi et pour couronner le tout, je suis censée être en cours. Alors, mordillant ma lèvre inférieure, je me retire des bras de l'homme et fis quelques pas en arrière. Mes yeux sont encore rivés sur lui. Il est tellement beau, intriguant et sexy... Je sens mon cœur qui bat encore à la chamade. Lui aussi ne semble pas quitter mes yeux noisette. Même à quelques mètres, j'arrive à sentir cette sensation, si apaisante et si chaude. Par réflexe, je touche encore une fois ma croix tout en le regardant. Mon professeur nous regarde, énervée et finis par me dire :

- Bon Leana tu arrêtes maintenant ! Va en cours !
- Euh... Je dois aller à la vie scolaire pour aller me chercher un billet de retard.

L'homme se propose de m'accompagner, mais madame Canata l'interrompit aussitôt :

- Non il est hors de question que tu l'accompagnes! Et tu sais très bien pourquoi !

Je soupire, trouvant la réaction du professeur assez stupide et partis donc, accompagnés de mes deux amis à la vie scolaire. D'habitude, ils sont très cools et sympas avec moi ! Mais là, ils sont plutôt... Froid avec moi... Ils ne me disent rien, pas de blagues stupides, ils ne me portent pas comme un sac de patate, car j'ai horreur de ça, non-rien du tout. C'est étrange, serait-ce parce que j'étais dans le bras de l'homme tout à l'heure ? Je les regarde, curieuse et leur demande alors :

- Pourquoi vous êtes comme ça les mecs ? D'habitude, vous êtes fou et tout...

L'un d'entre eux, Gaëtan, s'arrête. C'est l'un de mes amis où je me confie le plus quand rien ne va. Certes, on se connaît depuis trois ans, mais depuis qu'il est devenu le petit copain de ma meilleure amie, Ana, on est devenu super proche lui et moi. C'est un beau blond aux yeux gris au corps svelte et qui est, comment dire, beaucoup plus grand que moi. Oui, bon, je l'avoue, je fais environ un mètre cinquante mais lui il est quand même grand ! C'est d'ailleurs le plus grand dans notre bande ! Je crois qu'il mesure euh... Un mètre quatre-vingts ?
Comme il s'est arrêté, Kévin, son meilleur ami, et moi nous nous arrêtons aussi et on le regarde. Les yeux de son meilleur se croisèrent. Gaetan prit d'abord la parole et ensuite se fut autour de Kévin :

- Ne t'approche pas de ce type, il est bien trop vieux...
- ... Et tu mérites mieux que lui sérieusement Leana.

Sur le coup, je ne sus pas quoi dire. Je les regarde, un peu surprise de leurs réactions. Pourquoi, pourquoi ils sont contre cet homme ? Bien que je ne le connais pas, j'ai l'impression avoir déjà vécu quelque chose avec lui. Mais quoi, ça s'est encore un mystère pour moi. D'ailleurs, maintenant que je viens de penser, on dirait que mes amis semblent mieux le connaître que moi. Comment ça se fait ?

- Vous le connaissez cet homme ?

En regardant la moindre de leurs réactions, je remarquai qu'ils essayent de trouver un prétexte pour se défendre.

- Mais non... Bien sûr que non, on ne le connaît pas ce mec ! Dit Kévin en remettant sa mèche sur le côté.
- C'est juste... Qu'on ne le sent pas ce type, c'est tout ! Répond Gaëtan en haussant les épaules.

Je ne dis rien. J'ai assez vu de chose pour aujourd'hui. J'ai l'impression que la planète entière me mente ! Mes parents me font croire qu'ils ne savent pas à qui est le collier, madame Canata est encore plus froide qu'un glaçon lorsque je suis avec cet homme, deux de mes amis essayent de me faire croire qu'ils ne le connaissent pas ! Ah et oui, j'allais oublier, mes parents ne regardent même plus la chaîne des informations avec moi ! Y a un truc qui est louche, très louche même. En tout cas, une chose est sûre, pour moi tout ce mystère est dû à ce collier...

Quand nous arrivons à la vie scolaire, tous les yeux sont posés sur moi. À peine, je viens d'entrer dans la pièce que tout le monde se tut. Ben quoi ? Je suis arrivée en retard et alors, on ne va en pas faire toute une histoire ! Gaëtan et Kévin partent tandis que je donne mon carnet de correspondance à une pionne. Il s'agit de Carline, une que je ne peux pas me taper. Elle est tellement chiante ! Et en plus de cela, elle ose se venter qu'elle a un corps de rêve alors qu'elle est aussi ronde qu'une pastèque ! Bon d'accord, je ne devrais pas critiquer les obèses, mais quand on me cherche et bien, on me trouve !

- Ben alors on est encore en retard Mademoiselle Adwell ?

Je ne dis rien et me contente de tripoter mon pendentif. Oui, en plus qu'il me rassure, ce collier est aussi un anti stresse. Tandis qu'elle me note mon retard sur mon carnet, je regarde autour de moi. Tous les pions parlent entre eux, enfin, ils murmurent entre eux, peur que j'entende leur foutu conversation. À croire que même les pions me cachent quelque chose aussi ! Décidément, c'est bien ma veine !
Une fois que la pionne a terminé de noter mon retard, je repars donc en cours. Et, lorsque j'arrivai en cours, je surpris mon professeur de philo qui a de la morve qui pend encore de son nez. Les élèves et moi sommes équerrés de voir cette scène tout simplement affreuse !

- Tiens... Made... Mademoiselle Adwell ! Allez-vous asseoir s'il vous plaît... ? !
- Bien.

Sur ce mot, le professeur éternua et finit par se moucher. La scène de la morve fut terminée et les plus fragiles de la classe pourront suivre le cours, enfin, plus ou moins. Je m'assois donc auprès d'une amie qui est la rusée de toute la classe, comme moi. Elle est pourtant très gentille cette fille bien que ces tenues sont assez... Comment dire, excentrique ? Je ne sais pas comment d'écrire, mais c'est en particulier à cause de ça que les personnes la détestent. Elle s'appelle Andrea et elle a dix-sept ans, soit un an de moins que moi. Elle a de magnifiques cheveux blonds comme le soleil qui descend jusqu'aux épaules et ses yeux bleus ressemblent au ciel qu'on retrouve en été. Et, elle a la chose que je désire le plus, un corps parfait... Moi, j'ai quelques rondeurs vers le ventre, les hanches et les cuisses ! Mais elle non ! Son corps est parfait ! Bon en même temps, elle mesure un mètre soixante-quinze donc bon, c'est un peu normal. D'après ce que j'ai compris, il est rare que les personnes de petites tailles soient fines. Mais pourtant, une de mes amis qui a, un centimètre, oui, je dis bien UN CENTIMETRE de plus que moi est aussi fine qu'une allumette !
Une fois assise, je déballe mes affaires et finis par noter les cours. Malheureusement, mon esprit est ailleurs, je n'arrête pas de penser à cet homme que j'ai croisé dans le lycée et que je suis tombée dans ses bras accidentellement deux fois dans la même journée. Il est si beau et si intriguant... À chaque fois que je posais mes yeux sur lui, j'avais l'impression que j'allais défaillir. Cet homme me fait tellement d'effet alors que je ne le connais pas vraiment et que je ne sais même pas son prénom... D'ailleurs, je viens de penser, qui est-il par rapport au lycée ? Je veux dire, est-il un pion, un professeur, quelqu'un de la cantine... Ou alors... Serait-il le petit copain de Madame Canata ?! Oh mon dieu ! Tout s'explique maintenant ! Cela explique pourquoi elle s'est énervée lorsque j'étais dans les bras de son copain ! Lorsque je posais les yeux sur lui ! Et pour le collier ? Ah oui, je sais ! Sa chienne... ! En cours, elle nous parle souvent de sa chienne, elle fait souvent des bêtises ! Si ça se trouve, elle a dû faire, je ne sais quoi avec le collier ce qui expliquerait alors le pourquoi du comment ! Mais, alors... Cela voudrait dire qu'il est déjà pris ? Que son cœur appartient déjà à quelqu'un d'autre ? Rien que d'admettre ce fait, je sens mon cœur qui se serre, triste d'apprendre qu'il est en couple. Il faudra que j'aille m'excuser auprès d'eux à la récré. Enfin, il faut déjà que j'arrive à les croiser ! En tout cas, je m'en veux de mettre autant emportée pour si peu. Enfin, surtout emportée pour un homme dans le cœur est déjà prit...

Quelques minutes plus tard, la sonnerie retentit. Comme on a quatre heures de philosophie d'affiler, le professeur nous laisse cinq minutes de repos. Alors, je suis sortie avec Andréa à l'extérieur de la classe et nous discutons de tout et de rien. Au début, on parlait des cours de philo qui sont de plus en plus ennuyeux, du professeur, des cours qui sont très épuisants... De tout et de rien comme je dis !

Soudain, alors que je suis adossée contre le mur à côté d'Andréa, l'homme, enfin, le petit ami de madame Canata passe devant nous. Alors, je me suis approchée vers lui pour l'arrêter, mais, à la seconde où j'allais saisir sa manche de son blouson en cuir, le professeur de philo m'appela pour retourner en cours. Soupirant, je retourne en cours, déçue de n'avoir par réussi à mettre excusé auprès de lui.

Durant le cours, Andréa semble préoccuper. En lui passant une feuille simple, je lui ai marqué :

Dis, ça ne va pas ? Tu as l'air pensive ? 

Après avoir lu le mot, elle me sourit et me répond par écrit :

Si très bien... C'est juste que tu as l'air bizarre Leana...

Attend... Moi bizarre ? Décidemment c'est la meilleure celle là ! x)

Alors pourquoi tu as essayé d'interpeller Killian tout à l'heure dans le couloir ? Je veux dire, ça ne te ressemble pas !

Kilian ? C'est donc son prénom ? C'est bizarre, car, j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ce prénom quelque part... Hm... Sûrement dans un dessin animé ! Mais face à la question de mon amie, je ne sus pas quoi répondre. Au bout de quelques minutes plus tard, alors que le professeur nous disait que la pensée et lié au langage, j'écris à Andréa avec quelques hésitations :

Et bien... Disons que... J'ai eu la maladresse de comment dire... D'écouter aux portes entre lui et notre prof de LELE :s


Aïe... D'accord je comprends mieux alors ! Tu voulais t'excuser c'est ça ?

Ben disons qu'après avoir écouté leur discussion, je me suis fait surprendre. Du coup, madame Canata m'a gueulé dessus... Donc bon, c'est un peu normal de vouloir s'excuser non ? x)

C'est sûr ! XD
D'ailleurs une rumeur dit comme quoi ils sortiraient ensemble ! Un pion et un professeur dans le même lycée ! C'est trop mignon surtout qu'ils sont jeunes tous les deux ! T'imagine !? 


Face à cette rumeur, mon cœur se serre encore plus que lorsque j'en ai déduit aussi ce fait. Pour moi, ce n'est pas qu'une simple rumeur, mais la vérité... Killian sort avec madame Canata...

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...