Souviens-Toi

Plongez dans la série de Once Upon a Time avec une nouvelle arrivante, Phoebe. Cette jeune fille célèbre décide de tout arrêter pour recommencer une nouvelle vie. C'est dans la ville de Storybrooke qu'elle apprend petit à petit sa vraie identité. Mais, ce qu'elle s'image le moins ce qu'elle a eut un passé avec Hook. Mais quoi? Comment réagira-t-il lorsqu'il la reverra? Se souviendrait-il d'elle?Se rappellera-t-elle de lui?

0Likes
0Comments
779Views
AA

17. 16.

Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis que le Jolly Roger avait quitté le port. Ce magnifique bateau de pirate naviguait en direction de Neverland. Jamais encore Phoebe n’avait exploré d’autre endroit que son village. C’était nouveau pour elle ce qui expliquait son impatience et sa curiosité qui se lisaient sur son visage.

Un jour, elle s’aventura dans la chambre de son capitaine. Ce n’était, bien évidemment, pas la première qu’elle y allait. Néanmoins, elle avait décidé de connaître un plus sur lui. Elle entra dans la pièce pendant qu’il dirigeait son bateau à l’aide de la barre du navire. Elle prit soin de fermer la prote derrière et elle chercha quelconque information sur lui. La petite fille fouillait tous les placards, les armoires et les tiroirs et elle n’hésitait pas de retirer n’importe quel objet de la table pour trouver une pièce secrète. Mais rien. Elle s’assit sur le lit, déçue de n’avoir rien trouvé sur lui. Elle regarda longuement ses petits pieds qui bougeaient et qui n’atteignaient pas le sol. Et, lorsque ses yeux croisèrent le coffre, de l’espoir ressurgissait en elle. Elle se précipita dessus et essaya de l’ouvrir. Malheureusement, il fallait une clé. Elle jeta un coup d’œil par la fenêtre, et, remarquant que personne ne l’observait, elle utilisait ses pouvoirs pour l’ouvrir. Une fois qu’elle avait réussi, elle s’aventura dans l’intimité de Crochet. Elle regarda toutes les photos et les objets qui s’y trouvaient dedans. Quand elle observa la photo de lui et de son frère. Elle souriait et découvrait une partie sensible en lui dont il essayait de cacher. Elle reposa l’image et remarqua alors quelque chose qui l’intriguait. Un chapeau. Elle le souleva parmi les autres objets et le contempla pendant un moment. Cette coiffe de couleur bordeaux avait la texture d’un velours doux tandis qu’une plume imposante blanche aux reflets violets était disposée dessus. Phoebe se demandait pourquoi un aussi beau chapeau était enfoui dans des souvenirs perdus. Elle décida de le mettre par curiosité pour voir comment ça lui allait.

Mais, lorsqu’elle réalisa qu’il beaucoup trop grand pour elle, une personne rentra dans la pièce. Elle retourna et reconnut par malheur son capitaine. Lorsqu’il l’aperçut avec sa coiffe, il semblait en quelques secondes préoccupées.

 

- Dé… Désolé… Je voulais juste… bégailla Phoebe, confus par ses agissements déplacés.

 

Mais ses excuses ne suffisaient pas cette fois-ci. La voix grave du capitaine résonna dans la chambre de telle sorte que la petite fille avait –pour la première fois- peur de lui. Il lui arrachait la coiffe et lui dit d’un ton sévère :

 

- Comment oses-tu ouvrir le coffre. Je te l’avais pourtant interdit !

- Mais je voulais juste…

- Sors d’ici tout de suite ! ordonna le capitaine, énervé.

 

La petite fille sortit de la chambre en pleurant. Elle partit dans la sienne sans rien dire. Et, durant tout le long du trajet, elle ne croisa plus son capitaine.

 

*

 

Quelques jours plus tard, les pirates arrivèrent à Neverland. L’humeur attristée de Phoebe changea dès lors en une impatience des plus improbables qu’il soit. Elle se précipita vers le bord du navire et admira l’île mystérieuse qu’ils survolaient. Malgré son innocence, elle connaissait déjà l’existence du maître de cette île. « Peter Pan ». Le prénom résonnait dans sa tête tandis que son esprit divaguait dans des souvenirs effrayants.

Depuis la dispute, Crochet et Phoebe ne s’étaient plus reparlés. C’est pour cela que lorsqu’ils se croisaient, on ressentait une certaine tension. Pourtant, ce conflit déplaisait fortement le capitaine. Avec elle, il était incapable de lui en vouloir pendant longtemps. Il la regarda de loin et soupira. Mouche s’approcha vers lui et lui demanda :

 

- Vous continuez de lui faire la tête capitaine ?

- Bien évidemment que non. répondit Crochet en soupirant. Mais elle a fait quelque chose d’irréparable.

- Qu’est-ce qu’elle a fait ? interrogea Mouche, curieux.

 

Le capitaine lui lança un regard noir en guise de réponse. Son fidèle compagnon comprit aussitôt, mais n’hésita pas pourtant à défendre la petite nouvelle.

 

- Ecoutez capitaine, c’est normal qu’elle s’intéresse à vous ! dit-il. Ce n’est qu’une…

- Une enfant. interrompit le capitaine. Je sais. Mais ce n’est pas une raison me désobéir. Je suis son capitaine, elle doit m’écouter.

- Oui, mon capitaine.

 

Au bout de quelques minutes plus tard, ils accostaient sur l’île. Phoebe, impatiente, s’empressa de poser ses petits pieds sur le sable de Neverland. Elle sourit et s’apprêta de visiter cette fameuse île imaginaire, mais Crochet l’interpella :

 

- Phoebe ! Reste avec nous. ordonna-t-il. Je ne souhaite pas te retrouver du côté de Peter Pan.

- Ҫa ne risque pas ! répondit-elle. Je n’ai pas peur de lui.

- Tu ne sais même pas qu’il est.

- Bien sûr que si je sais ! C’est lui qui vole les enfants pour les garder dans cette île.

 

Le pirate resta perplexe face aux connaissances de la petite pirate. Il la rejoignit et lui demanda, intrigué :

 

- Comment le sais-tu ?

 

Elle regarda un moment l’île et elle lui répondit, la tête baissée :

 

- Avant que je me retrouve sur le Jolly Roger, j’étais dans un petit village, proche du port auquel vous étiez. Et… Chaque nuit, il y avait des disparitions des enfants. Un jour, j’ai voulu voir de mes propres yeux le voleur des enfants. C’est pendant une nuit que j’ai entendu une mélodie berçante et enivrante d’une flûte. J’avais décidé de suivre cette musique tout comme les autres personnes de mon âge. Mais à la différence d’eux, je n’étais pas ensorcelée. Je les avais suivies et ils m’avaient tous emmené à lui. Peter Pan. Ce jour-là, je ne connaissais pas son identité. Je l’appelais juste le Voleur d’Enfant. Je m’étais cachée dans un coin d’un mur pendant qu’il jouait de la flûte. Je voyais alors tous les enfants qui dansaient en rond étrangement. Ils ne souriaient pas, ils ne rigolaient pas, ils étaient sous le charme de la flûte. C’était horrible ce que j’avais vu. Et, lorsque j’avais croisé, je m’étais aussitôt enfuie.

- Mais comment se fait-il que tu n’as pas été ensorcelé par la flûte comme les autres ? interrompit-il, encore plus intrigué que jamais par ces révélations étranges.

 

Mais, malgré l’insistance de Crochet, elle lui répondit simplement par un « je ne sais pas. ». Cette histoire qui était, du moins, étrange, insistait à avoir des soupçons sur l’identité de Phoebe. Seule la magie pouvait empêcher de succomber aux tentations de Peter Pan. Serait-elle une sorcière ?

 

- C’est impossible. constata Crochet. Tu es une enfant, tu n’as pas pu t’enfuir.

- Pourtant, c’est ce qui est arrivé. affirma la petite.

 

Le capitaine fronçait les sourcils et insistait alors de connaitre un peu plus sur l’ancienne vie de Phoebe.

 

- Qui étaient t’es parents ? demanda Crochet.

- Je ne sais pas. révéla aussitôt la petite.

- Tu ne les as jamais connus.

 

La petite pirate serra ses poings alors que des larmes coulaient sur son visage. Lorsqu’elle croisa le regard de son capitaine, elle lui dit en pleurant :

 

- Ҫa ne vous regarde pas !

 

Sur ces paroles, elle partit dans la forêt de l’île. Elle n’écouta pas son capitaine et s’enfuit en courant sans se préoccuper du danger qui l’entourait. Elle ne regardait pas où elle allait et elle commençait à repenser à la rencontre avec la fée Clochette. Devait-elle fuir les pirates ? Où devait-elle lui dire la vérité ? Et pourquoi il ne la croyait pas ? Au fur et à mesure qu’elle s'égarait dans la forêt, elle entendait des bruits de plus en plus étrange. Je crois que c’était des bruits des animaux sauvages qu’on entendait. Non ! Des enfants qui les imitaient ! Cette anomalie perturba Phoebe. Elle tomba par terre et pleura encore. Elle essaya de se relever et voyait son genou qui saignait. Lorsqu’elle y parvint, elle sentit des douleurs musculaires. Elle réalisa alors qu’elle était blessée. Elle regarda autour d’elle, mais ne voyait qu’une forêt tropicale. Elle appelait de l’aide encore et encore, mais rien. Personne.

 

Soudain, elle entendit une voix :

 

- Que t’arrive-t-il ? demanda l’inconnu.

 

Elle se retourna par réflexe et c’est alors qu’elle reconnut Peter Pan alias le Voleur d’Enfant.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...