My Idiot Neighbor H.S

Mon voisin c'est un connard. Mais c'est un beau connard aussi.

10Likes
11Comments
1602Views
AA

12. So kiss me

"We're not forever

You're not the one

You and I, we're a time

Bomb bomb bomb bomb

Bomb bomb bomb bomb"  

                                                                                     Tove Lo-Timebomb

Point de vue Lila:

La semaine est passée beaucoup trop vite. Nous sommes restés toute la semaine dans la ville de mon frère à l'hôtel avant de reprendre la route. J'avais aussi essayé toute la semaine de renouer des liens avec mon frère mais rien à faire. Théo ne voulait rien savoir. Il m'a juste dis qu'il avait refais sa vie et qu'il allait bientôt se marier mais que je n'étais pas invitée. 

Ce jour là je suis rentrée à l'hôtel en pleure mais aussi en colère. Je ressentais comme le besoin de frapper dans quelque chose mais aussi de besoin de pleurer pour exprimer ma rage. Harry n'avait pas trop compris pourquoi je pleurer tout en lui hurlant dessus. Je lui jetais des fringues, des coussins et d'autres choses qui me passait sous la main. Au début il essayait de me calmer gentiment mais au bout d'un moment il en a eu marre et m'a saisis pour finir par me jeter sur son épaule et me jeter dans la douche. Je peux vous dire que se prendre un jet d'eau froide dans le visage ça vous calme direct. 

Harry: Tu as finis ta valise ? 

J'ai sursauté et me suis levée pour pouvoir suivre Harry jusqu'à la voiture. Hier on avait décidés qu'il était temps de partir. Harry voulait qu'on aille chez sa soeur et moi épuisée de toute cette histoire je voulais rentrer à Londres. Mais il refusait que l'on se jette dans la gueule du loup. Il n'avait pas tord il y'a même pas une semaine je me suis faite tirer dessus, mais je suis fatiguée de fuir. Ça fais quoi ? Deux semaines qu'on est partie et je n'en peux plus déjà. Je me demande si je ne devrais tout simplement pas rentrer et faire mes bagages pour rentrer chez moi. Je ne compte pas fuir toute ma vie ! 

Moi: Harry je veux rentrer...

Ses mains se sont resserrées contre le volant. Je savais que je venais de toucher un sujet sensible et qu'il était irrité depuis ce matin pour je ne sais quelle raison. Ses mains était le signe pour me dire qu'il fallait que j'évite de continuer de parler, mais c'est comme-ci je ne pouvais pas m'arrêter d'aborder ce sujet fâcheux.

Moi: Je ne veux pas fuir toute ma vie Harry. Je veux rentrer, faire mes bagages et retourner chez mes parents ! 

Harry: Parce que faire tes bagages et partir c'est pas fuir peut-être ? Et tu ne seras pas plus en sécurité chez tes parents ! 

Moi: Je serais plus en sécurité chez mes parents que avec toi ! Ils peuvent me protéger eux et la police ! 

Harry venait de freiner brusquement pour pouvoir se garer sur le côté de la petite route de campagne qu'on venait de prendre. Là il n'est plus énervé, il est fou de rage. Je ne lui laisse pas deux minutes avant d'exploser. 

Harry: Donc tu te sens pas en sécurité avec moi ? TU TE SENS PAS EN SÉCURITÉ AVEC MOI ? ALORS QUE JE TE SAUVE LA PEAU À CHAQUE FOIS TU FAIS DES CONNERIES ! MERDE ! DESCEND DE CETTE PUTAIN DE VOITURE !

Moi: QUOI MAIS TU ES COMPLETEMENT FOU ! JE NE VAIS PAS SORTIR DE CETTE VOITURE ALORS QU'ON EST AU MILIEU DE NUL PART !

Il a détaché sa ceinture pour pouvoir sortir de la voiture. Il est allé d'abord voir dans coffre pour faire je ne sais quoi avant de venir de mon côté et ouvrir ma portière. Harry s'est penché vers moi et m'a enlevé ma ceinture. Je me suis mise à hurler quand il m'a fait sortir de force de la voiture. Je hurlais et me débattais tellement fort qu'il finit pas lâcher brusquement ce qui me fit tomber par terre. Le temps que je me relève il était déjà dans la voiture près à partir. 

Moi: HARRY OUVRE MOI ! TOUT DE SUITE !

Il ne me laissa pas le temps de prononcer une autres phrases avant de démarrer et me laisser seule au milieu de la route. 

.......

J'ai passé toute ma journée assise à même le sol ou alors debout avec mon sac à côté de moi. J'avais écoulé toute les larmes possible de mon corps. Je pensais que Harry allait faire demi-tour mais il faut croire que cette fois je l'ai vraiment énervé.

Mon téléphone n'a plus de batterie tellement je l'ai appelé lui et mon frère. Mais aucun des deux ne m'a répondue. Je me sens seule, abandonnée et en danger comme un pauvre un animal abandonné et sans défense. 

J'ai soufflé avant de me lever et de saisir mon sac pour finir par marcher. Le soleil commençait à se coucher ce qui augmenté mon stress. Dans ma tête toutes sortes de scénario s'engendraient. 

Une voiture s'approchait et je commençais à sérieusement à flipper. Elle commençait à ralentir et je sentais que j'étais dans la merde. Elle s'arrêta et une portière claqua avant que j'entende des pas se rapprocher de moi. Une main s'empara de mon poignet et elle tira dessus pour que je me retourne vers la personne. 

Je me suis mise à pleurer et à frapper la personne devant moi alors que je n'avais même pas pris la peine de la regarder. J'avais peur,froid et je voulais juste que cette personne me lâche pour que je puisse trouver Harry et lui faire la peau. L'inconnue grogna avant de m'immobiliser et de me tirer dans ses bras musclé. Je connaissais ce parfum et ce tee-shirt que je serrais dans mes mains. Harry. 

Harry: Je suis désolé. Je suis désolé. 

Je pleurais de plus en plus. J'étais si soulagée que se soit lui et pas un pervers. Toute envie de le tuer c'est envolé. Je suis trop fatiguée et heureuse que se soit lui pour avoir le courage de le trucider. 

Moi: Tu es vraiment un idiot. 

Harry: Je sais...

Il m'a lâché et s'est abaissé pour saisir mon sac que j'avais laissé tombé parterre pendant ma petit bagarre avec lui. Il est allé le mettre dans le coffre de la voiture avant de m'aider à monter du côté passager. 

Après ça nous avions roulé. Je ne sais pas combien temps, mais nous avons finis par arriver à destination. Harry à garé le Range Rover devant une maison blanche qui devait être récente vue comme elle était propre de l'extérieur. 

Harry est descendu en premier pour aller sonner et voir si il y avait quelqu'un pendant que j'attendais dans la voiture. De toute façon je suis trop fatiguée pour avoir la force de le suivre. Mes yeux me brûlent à cause des larmes que je n'ai pas arrête de verser pendant deux heures et je suis épuisée. Ma jambe me fait mal, surement parce que je suis restée debout trop longtemps tout à l'heure. 

Harry est revenue doucement vers la voiture accompagné d'un autre garçon. Il m'a ouvert la porte avant de m'aider à descendre et a finit par me présenter au garçon à coté de lui. 

Harry: Lila je te présente James le copain de ma soeur Gemma. 

Je me suis contentée de lui sourire et de lui tendre ma main pour pouvoir serrer la sienne. Je suis beaucoup trop fatiguée pour pouvoir discuter avec lui. James aida Harry avec nos bagages avant de nous guider vers la maison. Les garçons discutaient ensembles quand nous sommes rentrés dans la maison. J'étais étonnée de voir une maison aussi bien décoré et propre. James avait l'air jeune et de ce que j'ai compris Gemma n'a que quatre ans de différence avec Harry alors je m'attendais à une maison moins propre... Je veux dire nous les jeunes de nos jours on est pas mal bordélique alors c'est troublant de voir un couple de jeune avoir une maison aussi propre. 

Je fus tirer de ma réflexion sur la propreté par une voix de femme. Elle venait de la cuisine. James lui répondit quelque chose avant que l'on rentre dans la pièce. Gemma se trouvait au milieu de celle-ci avec un mug à la main. On avait dû les réveiller car ils étaient tous les deux en pyjama. 

Gemma: James tu peux aller mettre leurs bagages dans la chambre d'amis s'il te plait...

Elle avait l'air fatigué mais aussi très en colère contre nous ? Il m'était impossible de mettre un mot sur son expression facial. 

Gemma: Harry qu'est ce que tu fous là !? 

Harry: Écoute Gem' je sais que tu veux pas être mêlé à mes affaires mais est ce que tu peux nous loger pendant quelques jours ? 

Je n'étais pas sûr de comprendre ce qui était entrain de se passer. Ils venaient de se parler en chuchotant comme-ci ils avaient peur que James découvre un quelque chose. 

Gemma: Très bien seulement une semaine Harry après toi et ta nouvelle escorte girl reprendrez la route...

Est ce qu'elle venait de m'insulter de pute ? Je ne suis pas la pute d'Harry ! Pour qui elle se prend miss je sais tout !? 

Harry: Ce n'est pas ma copine Gemma et ne l'insulte pas de pute tu veux ? 

Il ne me laissa pas le temps de répondre à son insulte qu'il me tira pas le bras vers les escaliers. J'étais tellement fatiguée que j'ai manqué de me cassé la figure dans les escaliers aux moins deux fois de suite. Heureusement Harry était là pour me rattraper avant que mon corps ne rentre en contacte avec les marches. 

Une fois en haut nous sommes rentrés directement dans une chambre totalement blanche avec quelques décorations. La chambre n'était pas très chaleureuse, juste à côté de l'armoire se trouve une porte qui mène à la salle de bain personnelle de la chambre. Harry ne perdit pas une minute pour saisir ses affaires pour pouvoir aller se doucher. Je n'avais vraiment pas envie d'attendre qu'il termine alors je me suis juste mise en pyjama, brossé mes cheveux avant d'aller me mettre sous les couvertures. 

Je somnolais quand Harry est sortit de la salle de bain. Il a marché jusqu'à son sac je suppose avant d'aller éteindre la grande lumière et de fermer les rideaux. Il s'éclairait avec la lumière de son smartphone pour pouvoir trouver le lit. Il souleva délicatement les couvertures pour venir se nicher en dessous avec moi. J'étais tourné de son côté et lui étais positionné sur le dos. J'avais pris l'habitude de venir me coller un peut à lui pour pouvoir sentir sa chaleur. Harry a vraiment chaud la nuit alors c'est peut être un peut devenue mon chauffage personnel. 

Il passa son bras sous ma tête pour pouvoir se positionner face à moi. Il m'enveloppa de son autre bras. 

Vous savez je ne suis pas du genre tactile mais avec Harry c'est different. La nuit j'aime sentir sa présence, pas parce qu'il me rassure juste parce que mon corps le réclame si il ne sent pas ses bras ou sa chaleur. 

Avant de m'endormir je fis une dernière chose qui me trottait dans la tête depuis quelques jours. Je pris le risque de l'embrasser le plus délicatement possible sur ses lèvres pulpeuses. Je les ai frôlés comme un un papillons qui frôle une fleur avant de se poser dessus.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...