1 minute

L'instant où l'humanité découvre qu'elle n'est plus seule dans l'univers. Une révélation de Sara Cash.

2Likes
0Comments
403Views
AA

2. Mumbai, Inde, 2:45

Pawan devrait dormir. Il se donne encore cinq minutes pour tchater avec ses amis. Le jour, le Net est devenu insupportable. Trop saturé par les ergoteurs qui agrémentent de leurs commentaires spirituels les news des médias dominants. OK, on les appelle « dominants » par nostalgie, même s’ils n’ajoutent que du bruit au bruit pour noyer les conversations intimes et profondes. Le réseau s’effondre désormais sous son propre poids.

Pawan devrait se doucher plutôt que de se plaindre. Il a les cheveux gras. Il les peigne en arrière avec ses mains qu’il ramène ensuite sur le clavier aux touches auréolées de crasse. Il aime en racler la bakélite avec ses ongles. Il fait de minuscules tumulus de pâte sombre qu’il souffle vers le lit pendant que ses yeux ne quittent pas les fils de discussion.
Voilà que tout le monde s’excite. C’est chaque fois la même chose quand Sara Cash streame son podcast du lundi. Un véritable virus auquel personne ne résiste. Pawan a pris l’habitude de retirer de ses listes d’amis tous ceux qui relaient les messages de la Youtubeuse. Bientôt il se retrouvera seul.
Il faut avouer qu’elle a du talent. Où va-t-elle chercher ses révélations ? Il a sa petite idée. Elle n’est que la façade sexy d’un réseau de hackers. Une interface moderne pour déballer les poubelles conjugales des puissants ou mettre à jour les scandales inhérents au modèle démocratique. Peut-être un mal nécessaire en attendant la révolution.
Pawan referme son portable. Il ne veut pas savoir de quoi il s’agit cette fois. La stupeur collective pourrait le figer dans une adoration malsaine. Il s’est fait prendre avec l’adultère du président américain. Il résiste à la tentation contrairement aux vulgaires toxicos.
Pawan se tourne vers la jalousie aux stores entrouverts. Les deux colonnes des Imperial Towers se dessinent en ombres chinoises sur la nuit chargée de vapeurs nauséabondes. Pollutions sonores, olfactives, visuelles, sociales. Soudain, c’est le silence, les ténèbres, mais pas assez pures pour laisser deviner les étoiles. Pawan baisse les yeux vers son portable. Même le voyant de mise en veille ne clignote plus.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...