Une seule direction.

Mon rêve, devenir chanteuse.
Mon but, impressionner mes idoles.
Attention One Direction, Lacey Jones débarque.

*L'entré officielle de One Direction est un peu longue, mais quand ils entreront, j'espère vous combler

3Likes
6Comments
634Views
AA

2. 2 : Se Relever

Me voici, me voilà, m'y voilà.

J'ai décidée de profiter de ma soirée avec Howard.

J'ai la chance de passer du temps avec cet homme alors je dois en profiter. Même si de base, j'aurais due être avec One Direction en ce moment même.

Il s'avère que Howard Stern a, sous son cœur de pierre, plein d'amour à donner. Il me paye donc un café dans un Starbuck à moins d'une vingtaine de minutes de chez moi et une dizaine de l'endroit où vient de se passer la demi-finale. Nous prenons la peine de nous y assoir calmement et parler de lui et de moi.

-Dit moi Lacey, depuis quand chantes-tu ?

-Franchement, depuis que je suis toute petite… -je prend une gorgée de mon café puis reprend- Je me souviens, un soir quand j'avais six ans, j'étais montée sur un banc dans la cuisine pour être plus grande que tout le monde, avec mes chaussettes de pikatchu, et j'avais hurlée pour que tout le monde se taise. Une fois que s'était silence, j'ai demandée à tout le monde de m'écouter chanter "Petit Papa Noël." …

Il se met à rire en n'écoutant et je me laisse rire avec lui. Même en soirée, il porte ses lunettes de soleil. S'est une habitude chez lui on dirait, mais sa lui fait un style de rock star avec ses cheveux noirs bouffons.

-Moi quand j'étais jeune, j'avais reçu un banjo et j'étais persuadé, du plus profond de moi que s'était une guitare ! J'avais fait un solo de la mort en m'imaginant le plus grand guitariste et à la fin j'étais arrivé pour frapper au sol avec, mais j'avais frapper mon frère en relevant le guitare derrière moi !

S'est à mon tour de rire ! Finalement je ne suis pas déçu d'avoir eu comme seconde option Howard. Je passe un bon moment avec lui. Puis quand nous avons tout les deux finit notre café, nous sortons du Starbuck pour retourner à sa voiture, tout les deux encré dans une discussion du top dix des plus grand chanteur de l'histoire. Michael Jackson en fait partit évidemment.

Une femme vient se planter devant nous avec un grand sourire aux lèvres et tend un crayon à Howard pour qu'il lui signe un autographe sur un petit cahier, puis elle me le tend et j'affiche le plus grand sourire que je pourrais afficher. On me demande mon autographe ! Je prend le crayon et signe avec un cœur à à la fin. La dame nous demande pour prendre une photo avec nous et Howard accepte. Elle prend un "Selfie" avec moi et Howard et nous reprenons notre marche après l'avoir saluée.

Howard me reconduit jusqu'à chez moi calmement.

-Ça t'arrive souvent ce genre de chose Howard ?

Il me sourit et retire ses lunettes pour regarder la route.

-Oui, souvent. Pas toujours, mais souvent. S'est que les gens adores montrer aux autres qu'ils ont vue des gens célèbres et ils adore s'en faire des souvenirs alors quand je peux me le permettre, je signes des autographes où prend une photographie vite fait.

-Et malgré tout sa, on te voit comme le méchant de l'histoire ? Dis-je en éclatant de rire.

Il se laisse rire gentiment puis me répond calmement.

-Les gens adores quand je suis méchant. S'est jusque que je suis sévère voilà. -il se gare devant chez moi- Attend, tu me pense vraiment méchant ?!

-oui.

-Tu as raison, tu me dois le double d'un café et le trajet en voiture !

-Quoi !? Mais je blaguais.

-Pas moi.

Je le regarde confuse. Il est sérieux, son visage est de marbre.

Soudainement il se met à rire et je me détend.

-Je rigole Lacey !

-Oui je vois bien !…

J'ouvre la portière en riant et sort de la voiture.

-Merci beaucoup Howard pour cette soirée !…

Je donne une poussée sur la porte pour la fermer et j'entend mon nom. Je me redresse en voyant qu'il a ouvert sa portière et s'est levé de sa voiture.

-Je voulais juste te dire que tu es mon premier choix et que je me natterai pour te garder.

Je sourit, le sourire s'impose sur mon visage et je contourne la voiture pour le serrer contre moi.

-Merci beaucoup Howard Stern.

Je rentre chez moi et il repart sur ces dernier mots.

Il est exactement 23h15 et personne ne vient m'accueillir à l'entrée. Je hausse les épaules. Peut être que ma mère est déjà rentrée et est allée dormir sans m'attendre. Peut être que mon père ne m'a pas entendu entrée. Malgré tout, je tente le coup.

-Salut ?!…

Pas de réponse. Je m'avance donc vers l'escalier pour monter à ma chambre. Je remarque donc la lumière au bout du couloir ouverte. S'est le bureau de mon père. J'avance vers la porte fermée, s'est une vitre déformante donc je ne peux pas voir à l'intérieur. Je m'arrête en passant devant la chambre de mes parents et remarque que ma mère n'y est pas, elle n'est donc pas arrivée. Je reprend mon chemin jusqu'à la porte du bureau et cogne trois petit coup.

-Papa ?

Sa voit répond immédiatement.

-Oui oui ! Chérie ! Je travaille, vas dormir ! Je suis occupé là.

Mon père travailler à cette heure ?… s'est plus fort que moi, j'ouvre la porte.

-HO MON DIEUX !…

Je ressort tout de suite. Je ressort en courant, les larmes me montent aux yeux. Je dévale l'escalier et je la déboule presque, je me jette contre la porte d'entrée et l'ouvre pour sortir dehors. Je viens de voir la pire chose que je n'aurais pus voir… alors je cour. Je ne m'arrête pas. Je cour dans la rue jusqu'à ne plus voir ma maison.

Je m'arrête au coin d'une rue fréquente, je m'assoie sur la bande trottoirs sous le panneau "Arrêt". Je pose mes deux mains sur ma tête en repensant à cette vision d'horreur. Mon père, penché au dessus d'une femme nue sur son bureau. Se n'était pas ma mère. Ce n'était pas, ma mère. J'ai vue mon père tromper ma mère. Cette vision me torture, voilà tout.

Je passe mes doigts dans mes cheveux en baissant la tête pour fixer le sol alors que les larmes coulent sur mes joues.

Une voiture s'arrête devant moi pour faire son arrêt, mais je n'y porte pas trop attention. J'entend la portière s'ouvrir et deux mains se poses sur mes épaules pour me relever. Je relève la tête et croise le regard de mon père. Immédiatement, je me débat. Je le pousse et je cris.

-Lâche moi !! Lâche moi !! Tu n'es pas mon père ! Tu es une atrocité !!…

Il me lâche. Il me laisse m'écraser au sol et je me retiens de mes avants bras en tournant sur mon dos sur la pelouse, laissant les larmes mouiller mon visage devant ses paroles.

-Écoute moi bien Lacey Jones !! S'est mon nom de famille à moi que tu portes et tant que tu le porteras, je serai ton père et tu devras m'obéir !!

Il hurle lui aussi. Nous nous fixons, les deux nous sommes sous un états de choc, visiblement. J'ai crier affolée, il a riposté en hurlant en colère que je l'ai vue.

Je dois avouer que s'est la première fois que mon père m'adresse la parole depuis quelques jours. Toujours trop occupé ailleurs. Pourtant, la seule question me venant à l'esprit sort si délicatement que j'en aie peur moi-même.

- As-tu écouté l'émission au moins ?…

Il me regarde confus sur le coup puis secoue la tête en ouvrant les bras, comme pour demander le rapport.

-As-tu écouté l'émission !!? Je redemande mais en criant.

-Oui !! Oui je l'ai écouté !! Bravo je te félicite !

Je le regarde dégoûtée. Il aurait écouté l'émission, sérieusement ?

-Qui m'a fait gagner alors ?…

-Bah les juges !

Il me dévisage à ma question. Et s'est ce qui fait en sorte que je sais, qu'il n'a pas regardé l'émission.

J'entend une porte s'ouvrir et un chien aboyer pas très loin.

-Hey ! Est-ce qu'il faut que j'appel la police pour que vous arrêtiez de crier !… crie une dame.

-Non non ! Désolé madame ! Juste une petite dispute, on vous laisse tranquille ! Promis !…

Je ne relève même pas le regard. Je me relève rapidement et me met à courir dans le sens inverse de la voiture. Je ne vois pas où je met les pieds, je secoue les mains devant moi en ayant peur de heurter quelque chose. J'entend mon père crier mon nom. Lacey Jones. Lacey. Jones … je prendrai le nom de ma mère. Lacey Anderson.

Je tourne à un coin de rue plus éclairée et cour tout le long jusqu'à manquer de souffle. Je me faufile dans une ruelle sombre et me laisse tomber contre le mur sans trop m'avancer dans la ruelle. Je ne vois pas mon père passer, mais j'entend crier mon nom.

Je reste dans ce coin une bonne heure. Mon téléphone sonne une fois. Il affiche : Maison ♥️. Mais ma seule réaction est d'aller bloquer le numéro. Je ne veux pas que mon père me retrouve.

Je passe plus d'une heure là, car il est déjà 5h30 le matin. S'est vrais que peut être j'exagère mais je suis incapable de bouger. Je suis fatiguée et je ne me sens pas assez forte pour parler à personne. Il est donc hors de question que je sorte de là. Au contraire, je me lève et m'avance dans la ruelle en éclairant avec mon téléphone. Je m'arrête en voyant un meuble. Sûrement là pour jeter. Je m'assoie donc contre le mur et le meuble en me serrant dans mon manteau. Je suis face au fond de la ruelle et je ferme les yeux après avoir mise mes écouteurs et Morphée est celle qui me prend en rescapée pour le moment.

Je me réveille au même endroit. Il fait un gros soleil. Ses rayons réussissent à m'atteindre. Je passe une main dans mes cheveux et regarde autour de moi avant de regarder l'heure. 13h45. Je me frotte les yeux avant de me lever difficilement. J'ai mal au dos légèrement. Je m'étire et remonte ma capuche sur ma tête en sortant de la ruelle. Je marche calmement jusqu'à un Starbuck et j'achète un café avant d'immédiatement quitter pour marcher le plus longtemps possible, en tentant d'oublier.

Je m'arrête quand il est 16heure près d'un parc. Je m'assoie sur un banc et me resserre dans mon manteau en regardant les enfants s'amuser. J'aimerais tellement retourner à ce moment de ma vie, ce moment où on est innocent, où dire "Tu n'es plus mon ami" est une insulte.

Un léger sourire s'affiche sur mon visage pendant que le temps passe. Je reçois plusieurs texto, mais ne répond à aucun. La musique s'arrête soudainement dans mes oreilles. Plus de batterie.

Je lève la tête au ciel et prenant une bouffée d'air. Je rabaisse la tête vers mon manteau pour glisser une main dans ma poche et voir qu'es que j'ai, parce que j'ai faim. J'ai quelques billets et ma carte de crédit. J'attend donc que tout les enfants du parcs ne partent, comme pour me faire signe que, ils sont tous partit manger et je reprend une marche vers un petit marché où je m'achète un sandwich et une bouteille d'eau.

Je marche jusqu'à un motel que j'ai repérée en marchant jusqu'à ce marcher et paye avec ma carte de crédit pour la nuit. Là, je prend une douche et j'y passe la nuit.

Je suis réveillée par quelqu'un cognant à ma porte. Je me lève donc et m'habille rapidement pour aller entrouvrir la porte. Je reste figée sur place en voyant la police.

-Mademoiselle Lacey Jones ?

-Mademoiselle Lacey Anderson. Répondais-je du mieux que je pu.

-Ouvrez s'il vous plais.

Je referme la porte pour retirer la chaîne qui la retiens et l'ouvre. Un homme propre et bien habillé entre pour me faire face et me demande de m'assoir pendant que les policier reste debout derrière près de la porte. Je m'assoie donc.

-Lacey, est-ce que tu es seule ? Me demande-t-il.

Je hoche la tête.

-Une femme à signaler une dispute sur la rue Mills il y a deux jours vers 2heure le matin, elle dit que s'était toi.

Je relève un regard affolée vers lui puis les policiers.

-Je ne suis pas une criminelle monsieur !!

-Non calme toi Lacey. Ta mère a signalée ta disparition hier vers midi.

Je le regarde puis je comprend. Je me suis éclipsée plus de 24heure… j'ai été considérée comme une disparition.

-Je vois que tu comprend Lacey… je vais te ramener chez toi d'accord ?…

Il m'aide à me relever, je prend mon manteau, enfile mes chaussures et le suis tête basse. Je vois beaucoup de pieds du sol. Je relève le regard et voit trois voitures de police, mais l'homme me fait assoir dans un jeep noir. Pendant le trajet, il me parle.

-Ta mère et ton père se sont beaucoup inquiétée tu sais, tu ne répondais pas à tes appel et elle t'avait dit de rentrer après ta sortie avec Howard, pas d'aller chez des amis.

Je relève le regard vers le reflet de l'homme dans la glace de son rétroviseur. Il a des yeux bleu perçants. Mais que veut il dire par : elle t'avais dit de rentrer après ta sortie avec Howard, pas d'aller chez des amis. Je suis rentrée pourtant.

J'ai un second problème si mon père commence à nier ses actions.

-Oui… j'avais oubliée … puis mon téléphone est tombé à plat.

-Je peux comprendre.

Nous passons le reste du trajet en silence. Je ne me rappelais pas avoir marchée aussi longtemps…

-Lacey, devant chez toi, se sera bourré de paparazzi. Donc je te demande de ne pas parler à aucun d'entre eux, s'il te plais.

Je hoche la tête.

L'homme se gare dans ma cour et je peux voir les gens s'agiter autour de la voiture pour prendre des photo. Je peux même reconnaître des visages. Jane en partit, le garçon des journaux plus loin avec madame K et Joséphine.

L'homme m'ouvre la portière et m'aide à descendre et à avancer parmi les gens qui tendent un micro, un IPhone ou une caméra vers moi. Il m'ouvre la porte de la maison et j'entre. Assis au salon, je vois ma mère en larme, mon père qui tente de la rassurer, Howard, mes amies Olivia et Angel et quelques agents de police.

Aussi étrange que sa peux paraître, je cours vers Howard qui se lève pour me prendre dans ses bras. Puis j'avance serrer ma mère en second. Elle pleure et je lui caresse le dos pour la rassurer.

-Shhh… je suis là maman… je vais bien.

Je fixe le sol. Je n'ai pas envie de croiser le regard de cet homme qui se prend pour mon père.

Une fois les retrouvailles fait avec tout le monde, l'homme nous explique qu'il va devoir m'interroger pour clore l'affaire.

Il m'interroge dans la cuisine, juste à côté du salon.

-Donc Lacey, après ta participation à la demi-finale de "du talent à revendre", tu es partie avec Howard pour prendre un café au Starbuck. Vous avez croisée une dame et vous êtes partit après. S'est bien sa ?

Je hoche la tête.

-Explique moi la suite.

-Howard m'a gentiment déposé ici, puis j'ai attendu qu'il soit partis pour aller chez une amie, comme vous l'avez dit et … un homme m'a crier dessus près de chez la dame qui nous a crier dessus. Je suis donc partie en courant… j'ai vraiment eu peur parce qu'il m'a jetée au sol.

Évidement, vous vous rendrez compte que j'ai tout inventer. L'homme se penche vers moi pour murmurer tout bas.

-La dame a-dit que l'homme t'a fait un sermon sur ton nom de famille, est-ce vrais ?

-heum oui… il … devait s'appeler Jones aussi …

Je rougis et l'homme se lève et me fait signe de le suivre. Il monte à ma chambre et je le suis. Il ferme la porte.

-Raconte moi la vérité maintenant.

Je soupir et finit par déballer mon sac. Je lui raconte du tout au tout en me mettant à pleurer. Il reste professionnel en prenant des notes puis à la fin de son histoire, il me prend contre lui pour me rassurer.

-S'est finit. Lacey, ton père sera accusé de négligence parentale pour avoir nié le fait que tu sois passé et que s'est lui l'homme avec qui tu tes engueulée.

Je hoche la tête. Je veux qu'il pourrisse cet homme, ce chère Turner Jones, époux de Shannon Anderson et père de moi. Lacey Anderson.

J'ai pu revoir les bulletins nouvelles parlant de moi. Mais cette fois plus complet. On m'y voyait, sortant de l'automobile noir me conduisant chez moi, disant comment mal en point j'avais l'aire et dévoilant toute l'affaire au grand jour. Rendant publique le traumatisme que j'ai eu et qui a réclamée l'aide d'un psychologue. Je me suis remise à chanter deux semaines avant le grand jour de la finale.

S'est très peu, je sais. Mais je fais de mon mieux pour gagner.

Cette émission à moins d'importance à mes yeux. Tout a un peu moins d'importance on dirait. Madame Joséphine dit que je ne m'applique plus autant et que je me ramollie et Howard essaie de m'encourager, mais j'ai une mauvaise influence sur moi même on dirait.

Et s'est bien beau se remettre à chanter, mais je n'ai pas ma chanson encore. Et 12 jours avant le direct de l'émission, s'est tard pour choisir. Mais ma mère a décidée de s'en mêler. Elle s'est assise avec moi, bien sérieuse et ma regardée du plus froidement qu'elle aurait pu. Comme avant. Et je me suis sentit comme avant. La Lacey que j'étais.

-Écoute moi bien Lacey. Je n'aime pas ton attitude. Je crois que tu as un merveilleux potentiel. Mais que tu ne t'applique pas. Chante quelque chose qui te feras parler. Pense à ce groupe d'adolescent que nous avons rencontré l'autre jour après la demi-finale. Ils sont là pour voter pour toi. Ne les laisses pas voter dans le vide.

Elle a raison. One Direction disait avoir adoré ma performence. Personne ne peux me retirer sa !

Je chanterai donc pour la finale, Girl on fire.

Je pratique jour et nuit, car mon oncle m'a passé sa maison pendant qu'il est partit pour voyage d'affaire. Joséphine vient me donner des cours tout les jours, de minimum 1heure pour me perfectionner. Je donne tout ce que je peux. Elle décide même de me filmer quand j'y met l'émotion nécessaire, pour que je puisse voir de quoi j'ai l'aire.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...