Game.

Jade est une élève modèle. Elle a sauté deux classes, n'a jamais eu de petit ami. Elle a toujours été seule. Seule jusqu'à lui.
Louis est un "populaire". Il a redoublé, il enchaine les conquêtes, les coups d'un soir. Il a toujours été entourer. Entouré jusqu'à elle.
Ils vont découvrir l'amour ensemble. Un jeu, un joueur, un jouet. Qui rigolera? Qui pleurera? Qui gagnera?

24Likes
3Comments
1599Views
AA

4. You are beautiful

Il me regarda, surpris par ma question, sans doute. Il se racle la gorge et se redresse sur sa chaise. J'ai la vague impression que cette question le rend nerveux.

-Je suis désolée.. Je n'aurais pas dû te poser cette question.

-Non, ce n'est pas grave, je ne m'attendais pas à ce que tu me poses cette question ou une du même genre. Mais je vais quand même y répondre. Je ne peux te dire que tu m'es indispensable, ce serait te mentir. Nous ne nous connaissons pas beaucoup mais tu es attachante. Ton sourire est magnifique. Tes yeux sont d'une couleur indescriptible. Tes cheveux les mettent en valeur. Après côté caractère, tu es plutôt dure à décrire. Tu es discrète et timide. Mais ça renforce ton charme.

J'encre mon regard au sien. J'essaie de déceler une pointe de mensonge. Rien. Son regard est des plus neutres. Cela me trouble. Son regard change. Il s'installe au fond de sa chaise, le dos contre le dossier. Il prend une assurance plus sûr et stable qu'il y a quelques secondes auparavant.

La sonnerie retentit. Nous étions devant la salle. Tous les élèves parlent entre eux. Je suis adossée au mur, près de la porte. Je suis plongée dans mon téléphone. Je tente tant bien que mal de trouver une occupation intéressante.

-On dirait un fantôme cette fille !

-Parles pas d'elle comme ça, tu ne l'as connais pas !

Des bruits de pas viennent dans ma direction. Derrière l'individu, des rires. Des chaussures noirs s'arrêtent à ma droite. Je lance un regard vers ces dernières. Je le laisse monter le long du corps de ce protagoniste qui m'est encore inconnu. Des yeux bleus me fixent. Je verrouille mon téléphone et le glisse dans la poche de mon jean. Je me redresse et regarde droit devant moi.

-Pourquoi tu restes seule ?

-Parce que je ne connais personne, que je n'ai pas d'amis et que je préfère la solitude.

-Tu viens ?

Il rejoint son groupe d'amis et me fait signe de venir. Je me résigne, je ne bouge pas d'un centimètre. Une personne court dans le corridor. Nous, moi et les autres élèves, tournons nos têtes vers la personne à l'origine de ce pas pressé. Notre professeur apparaît, s'avance vers nous tout en nous saluant. Elle sortit les clefs et ouvrit la salle. C'est parti pour deux heures d'ennui.

Je marche dans la rue, les écouteurs sur les oreilles, en chemin pour rentrer chez moi. Une main se dépose sur mon bras et me stoppe net. Je me retourne et enlève un écouteur. Je regarde Louis attendant qu'il daigne dire quelque chose. Sa bouche s'ouvre mais se referme aussi rapidement. Je le questionne du regard. Il a l'air hésitant.

-Ca te dis si on va au parc ?

-Tu hésité pour ça.. ?

-On dirait.

Je souris légèrement. Un rire nerveux sort de sa bouche, ce qui accentue mon sourire. On est tout les deux sur le trottoir en face à face, lui rigolant et moi souriant. Il saisit ma main et me tire jusqu'au parc. On arrive devant un carré d'herbe. Il s'avance dans cet espace, en lâchant ma main. Il pose son sac au sol et s'assit dessus. J'étais toujours debout à le regarder s'installer. Au bout de quelques secondes, il commence à me fixer. J'imite les gestes qu'il a fait quelques minutes auparavant. On commence à parler, à rire. Pour la première fois de ma vie, je suis heureuse.

-Tu es vraiment magnifique quand tu souris.

Ces quelques mots me stoppent. Je perd instantanément mon sourire. Mes yeux perdent leurs étincelles. La gène prends place entre nous. Tout allait bien il y a encore quelques instants. J'ai tellement était rejeté qu'à la moindre chose inhabituelle, je me braque et perd toutes les sensations que je ressentais. Louis se rapproche de moi et pose sa main sur ma hanche. Je me redresse. Sa main se décale dans mon dos tout en faisant des mouvements de haut en bas, comme pour me rassurer.

-Jade, quelque chose ne va pas..?

-Ca peut paraître bête, mais je n'ai aucunement l'habitude de ce genre d'attentions. J'ai toujours été seule, alors dès les moindre gestes ou paroles d'affections, je perd toute confiance. Je suis très méfiante, et je suppose que tu l'as remarqué.

-Tu sais, je ne comprends pas comment une fille comme toi se retrouve toujours à l'écart. Tu es magnifique, quand tu te sens à l'aise, on découvre ta vraie personnalité. Tu es extrêmement souriante, tu connais des dizaines de blagues ; tu as beaucoup d'humour mais tu sais rester sage. Tu as ce petit truc qui donne son charme. Ne doute jamais de toi.

Après ce mot qui se voulait réconfortant, il me fit un câlin. J'hésite un instant, puis décide de me laisser aller dans ses bras. Ma tête se cale contre son torse. Je perçois les battements de son cœur. Mes doigts se lient aux siens. Je prends une grande inspiration et profite pleinement de ce moment de tendresse.

-Je serais toujours là pour toi.

Il me glisse ces mots à l'oreille, d'une voix tellement rassurante. J'incline légèrement ma tête et le regarde dans les yeux. J'y vois que de la sincérité. C'est à partir de ce moment, que je sais que je peux lui faire confiance. C'est mon premier véritable ami. En moi, il se produit tellement de chose. De la joie, du bonheur. Sans que je le remarque, un sourire naît sur mon visage. Je n'ai aucune appréhension.

Je monte rapidement les escaliers du perron. Je fais un signe de la main à Louis et ouvre la porte d'entrée. J'enlève hâtivement mes chaussures et les laisse dans le hall d'entrée. Je pose mon sac au pied de l'escalier. Je me dirige vers la cuisine et vois personne. Je tourne les talons et me rend dans le séjour. Même résultat.

-Maman ?

-Je suis à l'étage.

Je récupère mon sac et monte les escaliers. Je le lance dans ma chambre, en passant devant elle. Je marche jusqu'au fond du couloir et pénètre dans le bureau. Ma mère est assise à l'ordinateur. Je m'approche d'elle et embrasse son front. Elle écrit un texte. Ou peut-être bien une lettre. J'ouvre le tiroir du bureau et attrape la tablette. J'allume cette dernière et navigue sur les différents réseaux sociaux.

Je finis de remplir les assiettes. Je pose celle que je tiens devant ma mère. Je m'installe à ma place et nous commençons à manger dans un calme plat. Seul le bruit de nos fourchettes et couteaux rencontrant nos assiettes se font entendre. Je regarde ma mère. Elle le remarque et me sourit.

-Je t'ai vu tout à l'heure, devant la maison, avec ce jeune garçon. Qui est-il ?

-Il s'appelle Louis. Il est dans ma classe. C'est le seul ami que je me suis fait ici.

-Tu t'en feras d'autres ma chérie. Ce n'est que le début, et il ne t'a pas présenté à son groupe d'amis ?

-Il a voulut mais j'ai refusé.

-Pourquoi donc ?

-Je n'ai pas voulut m'imposer et peu de temps avant, tout ces amis ont rigolé en me pointant du doigt.

-Je comprends mieux.

Le silence fit son retour. Le repas se termine promptement. Ma mère remonte finir son travail tandis que moi je débarrasse et nettoie la cuisine. Une fois cela fait, je fais le tour du rez-de-chaussé et ferme tout les volets ainsi que le porte d'entrée, à clefs. Je gravis les escaliers et m'introduis dans ma chambre. Je mets mon pyjama et me faufile dans mon lit. J'éteins la lumière et m'endors peu de temps après.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...