I dont want live without you

Lien de la fiction sur Facebook: https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1415437588685344.1073741831.1381167318779038&type=3

7Likes
1Comments
246Views
AA

3. chapitre1: Gadsby le magnifique

* éclipse de la journée*

La journée c'était quand même bien passé. Sur le chemin du retour, je penses beaucoup à ma mère. C'est temps si elle est sois soûle, droguer ou encore, dépressive. J'ai peur qu'elle se fasse du mal, et si elle se suicidait? Ou encore, elle aussi à le sida? Et oui! Mon père est mort à 38 ans atteint du sida! Je ne sais même pas si elle a passer les test qu'ils nous ont fait faire après ses funérailles, moi, il étais négatif. Ma mère elle, j'en sais rien!

Ah! Sa y est! Enfin arrivé à la maison. En entrent, je ne trouve pas ma mère, mais une lettre placée sur le comptoir de la cuisine.

"À ma April,

Aujourd'hui si je ne suis pas la c'est que je suis parti à Londres chez ton oncle et ta tante. Il me manquait beaucoup. Je revient dans deux ou trois jours, d'ici la, porte toi bien!

Je t'aime Maman"

Encore une fois! La pus part des adolescentes de mon âge ferais sûrement un fête, vendredi soir, pas de parent, et d'autre préférerais écouter des films a l'eau de rose tout en se morfondant sur leur sort. Sincèrement, mes vendredi soir, qu'ils soient seul ou avec ma mère, je les passe dans le salon, une boite de kleenex a la main, et sa, depuis que je me suis disputer avec ma meilleure amie Jenny. Ma vie ne vaut vraiment plus la peine d'être vécue... Je me revoie encore, il y a deux semaine, une bière a la main, un beau jeune homme accrocher a mes lèvre, la maison remplie d'inconnus tous plus bourrée les un que les autre, y compris moi. Mais tout sa a changer, je ne referais probablement plus de soirée comme celle si...Tout sa à cause d'un gars, Jérémie, l'ex petit ami de Jenny. C'était lui, le beau gosse du party! Vous savez, quand l'alcool prend les commande... C'est fichue d'avance! C'est trop tard, vous perdez et le contrôle et votre meilleure amie dans la même soirée... Ça m'apprendra aussi a embrasser l'ex petit ami de ma meilleure amie, alors qu'elle est toujours amoureuse de lui, a même pas dix mètres d'elle!!!! Je mérite amplement ces vendredi soir de dépressiviter! Mais il reste que pour l'instant, je m'ennuie de ma Jenny...

*éclipse de quelque heurs*

*poins de vue externe*

Le champagne et tout autre consommations coulait à flot, des gens dansaient et chahutaient dans la salle principale de se château,c'était la fête! Au milieu de tous sa se trouvais un homme contemplent sa richesse et sa fortune si bien investi, il avait tout prit pour s'acheter une gigantesque maison où la fête étais interminable. Gadsby repensait à sa bien aimée une dernière fois avant de repartir fêter. Elle avait quitter son esprit depuis peut, la fête continuait malgré l'esprit pensif de se cher Gadsby.

Quand à la jeune femme, elle pleurait. Gadsby venait de mourir, le film tirait à sa fin. Les bras de sa mère lui manquait, mais sa, elle ne l'admettra jamais. Trop d'orgueil sans doute, pour admettre un peut de faiblesse chez cette jeune April Cocks. Puis le

générique s'arrêta en même temps que les pleur d'April. Notre jolie demoiselle ramassa son tas de Kleenex et tomba dans les bras de Morphée.

*point de vue d'April*

<> (Gavin Degraw: candy)

Moi: Oui allo? Répondie je la voix encore fatiguée, après tout il n'est que 6h du matin!

......: salut Apy (ouain, je sais surnom de merde)! C'est matante Mathou! Sa va?

Mathou, au cas ou vous n'auriez pas compris, c'est le surnom que je donnais à ma tante Mathilde quand j'étais petite . Tout le monde trouvais sa bien bien cute, pi s'est restrer!

Moi: oui, oui. Toi?

Elle: eh, bien, dis-ont que...

Moi: dis-ont...quoi?

Elle: c'est ta mère...

Moi: quesquelle a man'?

Elle: elle est à l'hôpital...

Moi: comment sa?

Elle: les médecins disent quelle a le sida.

Je laissa instinctivement le téléphone par terre et me reconquéri en boule sur le plancher. Je pleurait depuis plusieurs minutes tout en me balançant de droite à gauche.

Elle: Api? Api? Sa va?

Je ne répondais. Trop de misère à parler, je me levais et avec tout se qui me restait comme force, j'appuyais sur "end". Je montas dans ma chambre, ferma la porte à clé puis je m'étendue sur mon lit. Il ne suffit que de quelque minutes avant que je retourne aux pays des rêves, ou plus tôt, des cauchemars..

Ce matin, mes penser n'étaient pas habité par cette haineux, mais par ma mère. Dans ce "rêve" elle mourait, je sais que c'est inévitable, elle va mourir, mais je garde espoir.

*éclipse*

Je me suis réveiller vers deux heure de l'après-midi. Depuis se temps la, je réfléchie à un plan pour partir d'ici. Sois je me prend un billet pour partir à Londres, ou je reste jusqu'à la mort de ma mère... La nuit porte conseil à se qu'on dit.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...