Âmes soeurs

Une fille. Un garçon. Elle, le petit chaperon rouge, lui, le grand méchant loup. Ils n'ont qu'une chose en commun: Ils s'aiment à comme deux âmes sœurs. A travers les horreurs qu'ils ont vécu à cause de l'un et de l'autre, ils s'aimeront toujours.

- Un thriller.

3Likes
1Comments
306Views
AA

10. Chapitre 10

[Chapitre 10]

Me retrouvant désormais au milieu de ces gens préparant les fêtes, j'étais seul. J'avais énormément souhaité fêter Noël avec Jiyeon, j'aurais voulu lui offrir un cadeau, pouvoir l'embrasser à nouveau, la serrer dans mes bras, lui dire que je l'aimais. Mais au lieu de tout cela, le passé devait tout le temps venir me rattraper. Et s'en prendre au gens que j'aimais. La police ne m'avait informé de rien depuis que j'étais à l'hôpital. Je ne savais rien, ni si Jiyeon était avec eux en sécurité ou si elle était à nouveau avec ses ravisseurs ou si elle était... 

Toujours accroupi dans la neige au milieu des gens qui passent, les yeux et le nez rougis. Les joues desséchées par les larmes salées. Je ne pu m'empêcher de laisser échapper un cri de colère mélangé de tristesse. Les gens me regardaient comme si j'étais un fou sorti de l'asile et m'évitèrent. Une mère chuchota des choses à son enfant tout en me regardant.

- Vous ne savez même pas pourquoi je suis comme cela! Préjugés de merde!

Certains m'observaient tout en m'écoutant. Les autres se poussaient les uns et les autres pour m'éviter à tout prix. Je levai ma tête et restai à genoux. Devant moi se dressait un petit kiosque. Je vis la une des journaux; Une jeune fille de 19 ans enlevée, son copain s'en sort.

Je pouffai de rire en le voyant. La presse elle aussi n'était au courant de rien. Ma photo et celle de Jiyeon s'y trouvaient. Je me relevai brusquement, manquant de me casser la figure. D'un coup je pris le journal et le secouai dans l'air.

- Vous voyez! C'est moi! Alors arrêtez d'être égoïste et pensez un peu aux autres! Je pari que vous vous dites, oui voilà, encore une histoire comme ça, la fille l'a bien mérité, elle n'avait qu'à pas aller dehors le soir! Hein c'est ça que vous pensez!

Les gens me dévisageaient encore plus. J'avouais, j'avais vraiment l'air d'être fou, et je l'étais sûrement. 

Soudain une femme hurla en me voyant, les autres commencèrent à paniquer. Un vrai remue-ménage. Me demandant ce qui ce passait, je me mis à la pointe des pieds pour voir au dessus des gens. Rien en vue. Je fis un pas en arrière. Un métal froid toucha mon crâne. Mon coeur fit un bond.

- Ah, je comprends mieux maintenant...

Certains paniquèrent, allant dans tous les sens. Je restai immobile. Que pourrais-je faire d'autre? M'en aller en hurlant, les bras en l'air, recevant une balle dans la tête et puis m'effondrer? Je souris à cette idée. Pourquoi je souriais? Un gars te met une arme derrière ta tête et tu souris? Je voulu me retourner, mais l'homme tira. Les gens hurlèrent encore plus fort. Par réflexe je fermai les yeux. 

- Aish... 

Je me penchai et me relevai ma main sur ma joue. Elle était toute chaude. Je glissai ma main sur mon oreille. Du sang. Il m'avait donc tiré dans l'oreille. Je la sentis qui pouvait se détacher si je tirai une seule fois dessus. Ça ne me surprenais même plus. Bizarrement les gens ne partaient pas. 

- J'ai mis quelques renforts un peu partout. Je veux qu'ils te voient. Si la police arrive ça sera tout de suite fini avec toi. Tu sais ce que je veux? Je sais que tu l'as tout le temps sur toi. Aller, file-le moi.

Je ne bougeai pas d'un pouce. Nouveau coup de feu. J'hurlai. Cette fois-ci mon oreille ne tint pas le coup. Je criai et gémis de douleur. J'hurlai encore plus fort en voyant cette partie de moi au sol.

- Tu tiens vraiment à perdre tes oreilles. 

Il ria.

- Allez je te laisse encore une chance.

Je pris panique, une partie de moi me disait de tout de suite faire ce qu'il me disait et l'autre de ne pas le faire. Je restai immobile. Troisième coup de feu. Je m'écroulai en hurlant tellement la douleur était forte. Je me tortillât au sol, dans la flaque de mon sang. Je serrai mon tibias.

- Je peux faire plus facile sinon.

Il se pencha au dessus de moi et fouilla mes poches. Il enleva mon manteau et fouilla dedans. Enfin, il sortit une minuscule clé USB.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...