La confiance, mon pire ennemi

Carlyne, une jeune fille de New York, est le modèle parfait de la bonne personne. Elle suit tout bon conseil qu'on lui offre, aide les autres, suis les règles et esr très bien élevée. Son père, policier et sa mère, avocate. Tous deux toujours occupés avec le travail. Celle-ci doit donc s'occuper de sa soeur jumelle non-identique Rina atteinte d'un handicap et de son petit frère Malik qui est en difficultés académiques. Un jour, un inconnu entrera dans sa vie subitement et chamboulera le déroulement de sa vie. Littérallement.

6Likes
2Comments
373Views
AA

2. Chapitre un. ♥

Je débarrai la porte, balançai mon sac sur mon sofa et couru jusque dans ma chambre, au deuxième étage. J'enlevais tranquillement mes habits pour les remplacer pour des secs, vu la tempête qui régnait à l'extérieur. Je pris une serviette humide, enleva le peu de maquillage qui restait sur mon visage et mit mes cheveux en queue de cheval. Je m'assis sur le bord de ma fenêtre, comme j'avais l'habitude de le faire après une grosse journée. Les nuages m'inspiraient pour mes poèmes ou mes dessins mais aujourd'hui, ceux-ci étaient absents. Mes devoirs ? Tous fait. Mon frère et ma soeur ? Ils vont rentrer de l'école dans quelques minutes, si tout va bien. Aller, tanpis. Je vais essayer d'écrire même sans inspiration.

 

Une tempête à l'extérieur,

Un orage dans ma tête,

Invisible est mon bonheur,

Le retrouver serait, pour être honnête

Quoiqu'impossible,

Il me reste à rêver,

Mais l'innateignable,

Ne peut être possédé.

 

Pas si mal, même si ce n'est pas mon style habituel. J'envoya un texto à mon frère plus jeune, car il était grand temps qu'il arrive à la maison. Une minute. Deux minutes. Trois minutes. RIEN ! J'étais paniquée, s'il y arrivait quelque chose je serais terrorisée, anéantie, jamais je ne me le pardonnerais ! Et mes parents, je n'ose imaginer les conséquences. Tanpis, je me rends- Ding Dong ! Retentit la sonnette. Enfin, il était là ! Je couru du plus vite que possible, me rendre à la porte sans attendre une seconde. Mon frère allait se faire gronder, bon sang que j'ai eu peur ! 

- Malik ! J'allais appeller la poli- Rina ?

- Oui ?

- Où est ton frère ?

- Je n'en sais rien.

Ça y est, j'appelle la police. Je décrochai le téléphone quand tout à coup, celui-ci se mit à sonner. On croise les doigts que ce soit mon petit frère.

- Malik ?

- Oui ?

- Tu m'as fait super peur ! Pourquoi n'as-tu pas appelé avec ton cellulaire ? Papa te le donne pour ça non ? J'allais appeler la police ?

- Oui, oui. Je sais je dois faire attention, je vais tout t'expliquer plus tard mais peux-tu venir me chercher à l'école ? J'ai raté mon autobus, j'avais une récupération ... 

- Bien sûr. Quoi de mieux pour mon petit frère ? Allez. prépare toi je suis là dans dix minutes.

J'attrapai ma soeurette chérie par le bras et mes clés situées sur la table de l'autre. Je marchai jusque dans ma Civic rouge éclatante, et démarra le moteur. J'ai conduit assez rapidement, excitée de revoir mon frère chéri. La famille, rien de mieux. C'est paisible, apaisant et amusant. Les perdres, inimaginables. Ils sont mes soleils, mon coeur, ma vie. Bref, après avoir écouté quelques chansons (Someone Like You d'Adele et Up All Night de One Direction), passé sur un feu rouge et conduit sur deux trottoirs -moi qui n'est pas génial en conduite-, nous arrivions finalement à destination. Mon frère attendait sagement, tout souriant dans la zone du débarcadère de son institution scolaire. Il m'expliqua, tout en se rendant à la voiture, pourquoi il n'avait pas répondu à son cellulaire et la raison de la récupération. Apparemment, il avait coulé -un autre- examen de français, ce qui l'avait ammené en récupération. Son cellulaire, sur vibration, expliquait pourquoi il n'avait pas répondu à mes signes de détresse. Tout est maintenant logique !

Bref, mon petit frère s'assit sur la banquette arrière, côté gauche, et commença à jouer avec ma soeur, Qui elle, commençait grandement à s'ennuyer. En faisant mon chemin du retour jusqu'à la maison, un homme traversa la rue en courant, et moi, qui conduisait un peu au dessus de la limite de vitesse, freina brusquement. Ce qui effraya l'homme, le débalança, et le fit tomber sur le boulevard pavé. Je sorti du véhicule, ordonnant aux enfants de rester dans la voiture. L'homme m'était familier, mais c'était flou.

- Êtes vous correct ? Avez-vous besoin de quoi que ce soit ? Je suis sincérement désolée, je ne sais pas ce qui m'a pri ...

Tel un jaguar, l'homme bondit sur ses pieds, me plaqua son doigt sur les lèvres et chuchota à mon oreille.

- Je suis un évadé de prison. Un premier frisson parcouru alors mon dos.

- Je ne vous ferai aucun mal à une condition. Une goutte de sueur perla sur mon front.

- Faites-moi passer pour votre petit ami. Mes paupières devinrent lourdes.

- Et habritez-moi chez vous jusqu'à-ce que le calme revienne, qu'on m'estime innocent. Le néant.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...