La confiance, mon pire ennemi

Carlyne, une jeune fille de New York, est le modèle parfait de la bonne personne. Elle suit tout bon conseil qu'on lui offre, aide les autres, suis les règles et esr très bien élevée. Son père, policier et sa mère, avocate. Tous deux toujours occupés avec le travail. Celle-ci doit donc s'occuper de sa soeur jumelle non-identique Rina atteinte d'un handicap et de son petit frère Malik qui est en difficultés académiques. Un jour, un inconnu entrera dans sa vie subitement et chamboulera le déroulement de sa vie. Littérallement.

6Likes
2Comments
374Views
AA

1. Prologue.

Point de vue de Carlyne

J'ai des amis. Pas trop, mais j'en ai. La confiance, c'est un piège. Alors j'ai seulement quelques amis, sans petit copain, pour ne pas risquer l'aventure. Je suis mieux comme je suis, dans une grande ville prise dans mon petit monde paisible. C'est bien comme ça: sans risque et sans accident. En sécurité, bien encrée dans mon chez-moi. Pourquoi croyez-vous que l'expression Home Sweet Home est-elle si populaire ? Parce qu'elle est vrai bon sang ! Bref, je préfère m'occuper de moi-même et des autres plutôt que de courir ici et là. Ce qui explique mon futur choix de carrière: infirmière. Mes cheveux ondulés, mes yeux bruns banals, ma grandeur minuscule, mes mains raffinées et mes pomettes rosées n'attirent pas vraiment les garçons, ce qui me plaît. Je n'aime pas avoir de l'attention, ça rend populaire et c'est inutile. Au contraire de ma soeur qui elle, manque d'amour et aimerait en recevoir. C'est pourquoi je passe tout mon temps libre à m'occuper d'elle, souffrant d'un handicap mental. Plusieurs disent que je gâche ma vie, mais je sais bien que c'est faux. Quand j'aurai un bon travail, que je renderai ce monde meilleur plusieurs seront jaloux de moi. Je les regarderai alors dans les yeux et leur dirai : Je vous l'avais dit. Reste à avoir de la prier et avoir de la chance.

 

Point de vue de Rina

J'aimerais tellement être célèbre, me faire connaître, avoir mon nom écrit partout, avoir des fans de partout à travers le monde ... Mais pour ça, je dois commencer par devenir populaire. Facile à dire quand tu as un handicap mental et une soeur jumelle qui t'empêche de t'aventurer ! J'aimerais bien dire que je ne me fais pas intimider ... Du moins ça serait mentir, puisque je subis de l'intimidation chaque jour à l'école. J'ai essayé quelques fois d'entrer dans un pensionnat ou dans un Collège privé ou encore une institution pour les filles mais tout le monde me répète que ce n'est pas la volonté qui compte, mais l'intelligence. Je suis intelligente, et je le sais. Mais je ne le démontre pas dans mes travaux scolaires, c'est inutile l'école selon moi. Tout le monde me dit par contre que ce serait bien d'y mettre tout mon coeur, pour mon avenir. Mais je n'ai pas d'avenir, pas besoin de quelqu'un d'autre pour me le faire remarquer. Deux ans. La phrase maudite, qui gâche mes journées et hante mes nuits. ''Mais non Ri', tu es magnifique je t'assure.'' M'ouais, c'est ça. Pourquoi aucun gars n'est jamais venu à moi ? C'est mon handicap, c'est ça ? Pourquoi je n'ai pas d'amis ? C'est parce que je suis trop grande c'est ça ? Pourquoi tout le monde me fuit ? Ce sont mes cheveux châtains rempli de noeuds, mes yeux bleus sans émotions et ma mâchoire carrée ? Finalement, je comprends pourquoi je suis seule.

 

Point de vue de Malik

Que j'aimerais être comme ma soeur ... Et bien en fait pas sous tout les aspects. Elle n'a pas beaucoup d'amis et elle a ses raisons. Au moins elle est heureuse dans son choix ! Elle a la capacité de faire tout ce qu'elle veut, pas moi. C'est pour ça que je l'envie ! Si elle désire des amis, elle les aura. Si elle demande un amoureux, elle l'obtiendra. Si elle veut un bon travail, elle peut. Mais moi non, je n'ai pas de bonne notes. J'ai beau me forcer à être intelligent, c'est impossible. Mais les amis et les copines, je n'en manquerai pas. Je suis super populaire malgré moi. Je suis connu comme étant le bad boy, celui qui n'a peur de rien et au look rebelle. C'est naïf, car ce n'est pas du tout ce que je suis ! Je suis plutôt calme, stable et sensible. Peut-être mon allure, cheveux bruns très foncés et ébouriffés, yeux bleus clairs, peau bronzée, un peu musclé et assez grand. Mais encore, tout le monde sait qu'on ne se fie pas aux apparences. J'avoue que je n'ai pas peur de prendre des risques et de prendre mon élan pour m'envoler. Mais j'ai l'impression que quelqu'un m'a coupé les ailes, car je retombe toujours au sol, fatigué du choc et de la chute. Incapable de me relever, trop faible que je suis.

 

Point de vue d'Aline

Tout le monde a des secrets, et je ne suis pas une exeption. Je suis humaine : Mère de trois enfants, fiancée et avocate. J'ai bien réussi dans la vie, j'ai toujours atteint mes buts et accompli ce que j'avais à faire. Mais comme tout bonne chose, il y a un revers à la pièce. J'ai des promotions par-ci, offre d'emploi par-là, augmentation de salaire en plus et nouveaux employés aux choix ! Bref, je suis toujours absente au près de mes enfants. Mais je suis certaine qu'ils sont assez intelligents pour comprendre. Au bout du compte, je fais ça pour eux ! Quand tu as trois enfants et un mari tu dois bien faire de l'argent pour t'en occuper ! Pourtant, la psycologue de mes poussins m'a dit que mon absence cause des problèmes dans leur vie. Elle dit qu'une chance que mon aînée, Carlyne, soit là, car apparemment que mes enfants sont en grand manque d'amour maternel. Ça me fait un pincement au coeur d'entendre ça, mais c'est la dure vérité. La vie. Cruelle. Si je ne cesse de gravir des échelons, d'arriver au summum de la popularité, il faudra bien que je retombe ! Et ma chute sera longue, pénible, fracassante et blessante. Y surviverai-je ? Quelqu'un sera là pour me rattraper ? Only time will tell.

 

Point de vue d'Aaron

Aaron Brown, meurtrier, condamné à 10 ans de prison. Tout ça ? À cause de mon père. Dès l'âge de sept ans, la misère a commencé. Mon père est parti sans laisser de note, sans rien, mais le pire : il a pri mon frère avec lui. Mon frère et moi étaient comme des jumeaux, même s'il était plus jeune que moi. Nous avions les même cheveux bruns, des yeux bleus clairs et un teint bronzé. Nous étions dévastés, ma mère et moi, et ça n'a pas pri longtemps pour que ma mère tombe dans l'alcool. Puis, peu après, elle s'est trouvée un chum, lui aussi alcoolique. Seul problème, il était abusif. Non pas contre ma mère mais moi, ma mère ne pouvait rien faire car elle était saoulée tout le temps. Le mec me battait chaque fois qu'il était saoul, donc on pouvait dire toujours. Après trois ans de ça je n'en pouvais plus, donc je suis suis parti avec rien. J'ai vécu dans la rue avec peine et misère, c'est là que j'ai commis mon premier crime: le vole. Dès l'âge de douze ans j'avais un dossier criminel. J'ai eu plusieurs problèmes avec l'autorité les années suivantes. Finalement une famille a enfin eu pitié de moi et ils m'ont accepté dans leur maison. Je croyais que tout c'était replacé mais j'avais tort. Oh oui tout c'est bien passer durant les quelques années passé là mais tout a recommencé quand je suis partie a l'âge de dix-sept ans,  je pensais que j'avais repris le contrôle de ma vie. C'était faux, j'avais une colère incontrôlable  en dedans de moi qui faisait des ravages et c'est là à l'âge de dix-neuf ans que je l'ai fait. J'ai tué quelqu'un. Non pas parce que je voulais mais parce que ma colère à explosé et je ne pouvais plus me contrôler. Je suis maintenant ici, en prison à cause de tout ça. Il me reste trois ans. Dites-moi, avez-vous déjà entendu l'expression forgive and forget ? Croyez-moi ça ne va jamais arriver, je ne vais jamais pardonner et oublier ce que mon père nous a fait, sans une vengeance. Qu'il soit prêt. Tout est en place, il ne reste qu'à passer à l'action.

 

Point de vue de Frédérick

Père de trois enfants, fiancé et policier, on pourrait dire que la vie est belle. Mais ça serait un mensonge. Plus jeune mes enfants me voyaient comme héros, mais lorsqu'ils ont réalisé que je ne suis presque jamais là, ils étaient moins impressionnés. J'essaie d'être là plus souvent, mais ce n'est pas si facile que ça, avec Rina et son handicap ou Malik avec ses problèmes. Je suis si content que Carlyne soit là. Je ne sais pas ce que je ferais sans elle, car Aline avec son travail n'a pas plus de temps que moi. Mais je n'ai qu'une peur; que les enfants grandissent et commencent à comprendre des choses. J'ai peur qu'ils découvrent quelque chose d'important qui pourrait avoir une grosse influence. Aline et moi ne sommes pas prêts pour ça encore, mais on ne peut pas croire que ça sera un secret pour toujours.

 

Point de vue de Fatima

Je n'ai jamais eu beaucoup d'amis. On peut constater que mon nom Fatima n'a pas aider pour ma popularité. J'ai connu tous les surnoms: Fat Mama, FatyFat ou encore Grosse merde. Ne me demandez pas d'où vient le nom Grosse merde, car je ne le sais même pas. J'ai dû changer d'école plusieurs fois à cause de l'intimidation, croyez-moi ça n'a pas été facile. Mais enfin j'ai pu rencontrer quelqu'un de formidable, Carlyne. Elle est ma meilleure amie depuis à peu près deux ans. C'est la première personne qui me comprend vraiment et ne m'a pas rejeté. Elle m'a aidé à retrouver mon estime de soi. Oui, je me fais encore traiter de nom, mais elle est toujours là pour me rattraper lorsque ça me blesse. J'ai juste peur qu'elle me laisse toute seule, comme les autres l'ont fait et que tout recommence. J'ai peur que je ne sois pas capable d'être aussi forte que les autres fois, puis que je m'écroule et que je ne sois plus capable de me relever. C'est vrai, je ne suis pas prête pour une autre chute. Mortelle ?, on verra.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...