Aider pour gagner.

Ambre est une adolescente normale originaire d'une petite ville perdue dans un coin de la planète. Son ancien meilleur ami, Maxym, revient d'un long (trop long) voyage dans un pays étranger après avoir quitté sans laisser de nouvelles. Celui-ci viendra chambouler la vie de notre personnage principale. Mettant en vedette Ambre, Karina sa meilleure amie et Elrick son ami, cette histoire promet une foule de thèmes de tout style. Bref, bonne lecture !

3Likes
2Comments
409Views
AA

1. Prologue

Point de vue d'Ambre

Parfois, je me sens stupide. Je ne suis même pas cappable de détester un gars qui m'a fait subir toutes les sensations de bonheur imaginables et qui m'a avoué qu'il ne m'aimait pas après.

Que dire de moi ? Et bien. Je ne suis qu'une fille normale qui a pour but dans le vie le même que tous les autres êtres humains normaux. Je veux ma place dans ce monde cruel et sans pitié. L'histoire que je m'apprêtes à raconter n'est peut-être pas la meilleure, mais que voulez-vous ? C'est la vie. Il y a des hauts et des bas. La vie ne se déroule jamais comme dans les films. Qui a déjà vécu la scène romantique du baiser sous la pluie ? Ou celle du garçon qui attrappe la fille de justesse après une chute ? Rien de cela n'est possible dans le contexte de la vie. Celle-ci est un train en mouvement que tu choisis de prendre ou de manquer. Tu dois te battre pour ce que tu veux, garder la tête haute et espérer que le tout fonctionnes. Bref, revenons à moi. Je chantes. C'est à peu près ma seule motivation de vie. Je suis très malchanceuse. Du moins, c'est ce que je croyais avant mon aventure. À l'école, j'ai de la difficulté dans chaque matière excluant les arts plastique. Mes quelques amis me connaissent étant une fille franche, rancunière et peu gênée. Il est vrai que j'ai un fort caractère. Je suis connue étant la fille qui aide tout le monde et qui règle tous les problèmes. J'avoue que j'ai formé plusieurs couples et sorti mes copains du pétrin bien des fois. On me surnomme Cupidon à l'école. Mais parfois, je me demande si quelque chose de bien finira par m'arriver. Malgré tout, je garde la tête haute et continues de foncer sans hésiter une seule seconde. Je ne recule devant aucun défi. Lorsqu'on m'aperçoit pour une première fois, on pourrait se sentir un peu intimidé. Pourtant, intérieurement, je suis attentionnée, sensible et romantique. Je n'aime pas montrer ce côté de ma personnalité. J'ai le sentiment d'insécurité et de ne pas trop savoir ou je m'en vais. Je n'aime pas me sentir perdue ou confuse, un sentiment que l'amour promet une fois qu'on est pri dans ses filets. J'ai déjà eu quelques amourettes, et aujourd'hui, quand j'y repense, je me vois comme une fille faible et naïve. L'amour n'est qu'une illusion qui camoufle les millions de défauts que la vie nous réserve. Pourtant, je me sens bien quand je suis aimée. Mais je n'aime pas ça. Et oui, en fait. Qui avait dit que j'étais facile à suivre ? 

Physiquement, tous mes amis me disent que je suis belle à en mourir. Pourtant, je ne sais pas ce qu'ils voient de beau en moi. Toutes les filles sont dures envers elles-mêmes, mais je ne sais pas pourquoi. C'est drôle, car ce sont souvent les plus belles au naturel qui appliquent du maquillage et adoptent une tenue vestimentaire osée. Je ne sais pas si je me trompes, mais je crois que c'est qu'elles cherchent trop la perfection. Elles n'acceptent pas leur petits imperfections et oublient leur beauté. Bref, ces personnes finissent gâchées. Éttoufées et cachées derrière tout les produits esthétiques. Je ne dis pas qu'on ne doit pas prendre soin de nous même, loin de là. Juste qu'on devrait apprendre à s'aimer comme on est. Encore là, c'est naïf ce que je dis. C'est faux. Je dis toutes ces belles paroles sans vraiment les penser. Je ne m'aime pas, et rien ne peux changer ça. Je me fous de ce que les autres pensent de moi, parce que l'image fixe que j'ai de moi est tout ce qui importe. Mes cheveux bouclés blonds, mes yeux marrons, ma peau trop bronzée, ma grandeur anormale, mes joues qui rougissent toujours, mes chevilles qui font mal et mes mains sèches. C'est ce qui décrit l'horrible personne bizarre que je suis. Que veux-tu que j'y fasses ?

 

Point de vue de Karina

Si tu ne comprends pas mon silence, comment comprendras-tu mes mots ?

Je suis faible, je ne peux le nier. Ma meilleure copine veux que je fasses comme elle et passer à travers cet obstacle, mais je ne peux pas. Mon cerveau veut l'oublier mais mon coeur s'accroche à lui comme à une bouée de sauvetage. Il est parti, pourtant je flottes toujours. Chaque soir, je me dis qu'il va revenir et que tout va être comme avant. Puis je m'endors les doigts croisés. Je me réveille ensuite pour faire face à la dure réalité et que rien n'a changé. Je suis toujours Karina, la petite incappable qui a presque tout perdu. Le temps arrangera les choses. C'est ce que je me dis chaque jour pour tenter de rester accrochée à la vie. J'ai l'impression d'être sur le point de tomber d'une falaise et que seul mes doigts me retiennent de basculer. Par contre, ceux-cis sont constamment martelés de violents coups de la part de la vie. Je menaçe souvent de plier et de craquer, mais je me reprends à la dernière minute. J'ai frolé la mort d'un cheveu bien des fois. En fait, la définition de ma vie c'est ça. J'ai la forte impression de vivre quelque part entre la vie et la mort. Non cette situation ne me plaît point, mais sans lui je ne peux pas faire grand chose. Mes amis, la seule chose que j'aime vraiment, m'ont souvent aidé lorsque j'en ai besoin. J'ai des scores incroyables à l'école, ma moyenne totale est de 97%. Pourtant, je détestes l'école. On m'a offert de monter d'un niveau bien des fois, mais j'ai toujours refusé. L'école, c'est inutile. Ce n'est qu'un terrain de jeu comme tous les autres: tu gagnes en grand ou tu échoues pitoyablement. Je n'ai choisi aucune des deux options, donc je ne sais pas pourquoi je ne retrouves ici maintenant. J'imagine que c'était ma destinée. 

Cheveux noirs, yeux gris, visage pâle, traits sophistiqués, lèvres féminines, taille trop mince, grandeur moyenne. J'ai la définition parfaite pour un vampire. Sans savoir pourquoi, les autres m'aiment comme ça. Je suis modèle pour un magasine de mode. Je déteste cela. Pourtant, je continues de travailler pour cette stupide compagnie. C'est pour ma soeur. Mes parents sont décédés il y a quelques années. Je suis en charge de ma soeur maintenant. Mon travail est la seule façon de nous faire survivre. Me faire payer pour quelque chose que je n'ai jamais travaillé pour obtenir: la beauté. Je suis née avec ça, je n'ai pas forcé pour l'avoir. Aucun défi, aucun effort. Ma beauté, je ne l'aime pas. Celle-ci me nuit, elle joue contre moi. C'est nul, paraître parfait aux yeux des autres. Tu n'as pas de bût à te fixer dans la vie, tu es déjà au summum de tes capacités. Je n'ai jamais visé la perfection, et je ne vais jamais le faire. C'est inutile. Lorsque j'ai 100% dans un examen, sincérement, je ne suis pas fière de moi. Vous avez le droit de me juger tant que vous voulez. Je suis une personne minable et je le sais déjà. Je le recconais. Que peut-il m'arriver de pire ? La mort ? Non, détrompez-vous. La mort serait certainement une opportunité de libération et d'aventure pour moi. Je ne sais pas pourquoi tant de gens la craignent. La mort ou la vie ? Telle est la question. Pour moi, la réponse est aussi claire que de l'eau de roche. Enfin, merci dieu. J'ai au moins une seule certitude.

 

Point de vue d'Elrick

Vis pour ce que demain a à t'offrir et non pour ce que hier t'a enlevé.

Optimiste, rêveur et courageux. C'est ce qui me décrit. La vie, c'est facile. Un flot que tu suis en bien faisant attention de ne pas t'enfarger dans tes pieds. Tu n'as qu'à savoir comment marcher et à être quoiqu'un peu habile. C'est tout. Mes deux meilleures copines sont dures envers elles-mêmes. Une a le coeur brisé et l'autre est certaine que la vie est inutile. J'essaie toujours de leur remonter le moral, moi qui est très dynamique, mais ça ne fonctionne pas. J'organise toujours des sorties entres copains ou des activitées sportives dans le but de leur donner le désir de la vie. C'est génial, pourquoi ne voient-elles rien ? On doit foncer dans la vie, ne pas regarder derrière. Avoir des rêves, des désirs, des buts, un objectif. Le mien, c'est de conquérir son coeur. Mais elle est encore amourachée par ce crétin, ce qui ne lui laisse pas la chance de me regarder. Même pas un peu ! Bref, je garde le sourire en croisant les doigts pour qu'elle me remarque. Elle est si parfaite ... Quand je la vois assise dans les estrades en train de crier mon nom lors de mes parties de soccer, c'est fou l'émotion que ça me fait. Une bouffée de chaleur, les mains moites, les lèvres qui sèchent, les genoux qui tremblent sans cesse, le pouls qui s'accélère, les papillons dans l'estomac, les mots qui se fourchent, les joues qui rougissent et le temps qui se fige. Et m'ouais. Je crois que c'est ça, l'amour.

Ma petite taille m'avantage pour la pratique de mon sport. Je suis agile et aérodynamique. C'est ce que ma mère me dit. Elle dit que cet aspect de moi me permet de me faufiler et de déjouer abilement les joueurs des équipes adverses. Cheveux châtains ébourrifés font mon affaire. Pas besoin de me coiffer, c'est inutile. De toute façon, je perderais ma coiffure lorsque je ferai un peu se sport. Je ne peux cesser de bouger, je dois rester actif sous peur de m'ennuyer. J'ai des yeux bleus clair, comme le ciel. Ai-je mentionné que j'écris des chansons et des poèmes lorsque je m'ennuie ? Bref. J'ai donné quelques-unes de mes compositions à Ambre, qu'elle puisse les chanter. Je suis quand même assez bronzé, puisque je passe la grande majorité de mon temps à l'extérieur. Je crois que je n'ai rien de plus à mentionner ... Bref. C'était moi.

Point de vue de Maxym

Ça prend beaucoup de courage pour pardonner quelqu'un, mais ça prend encore plus de courage le demander.

Si je regrettais toutes les erreurs que j'ai commites, je serais sur la limite du suicide. Mais je ne suis pas comme ça. Tu n'as qu'une seule vie, profites en. Mais sans trop en abuser, parce que des conneries peuvent coûter cher. Ce qui est fait est fait, tu ne peux pas retourner en arrière. Des erreurs, j'en ai fait beaucoup. Un peu trop. Mais je ne changerais rien pour ça. Jamais je ne voudrais retourner dans le temps. Sauf peut-être pour elle ... Si tu regrettes la vie, tu ne pourras pas progresser. C'est comme si une chaîne te retenais à ton passé. Comme un prisonnier de toi-même. Pire que la drogue quoi ! Bref, j'avance en passant à travers les défis. La vie est dure. Tu dois la fracasser, continuer tout droit sans regarder derrière et surtout faire ce qui te plaît. Ne perds pas ton temps avec ceux qui te désaventagent, vis plutôt tes rêves et tes désirs. Si j'ai autant de bon sens c'est que mon père est psycologue. Il m'expliques toujours ses métaphores à la con ... Mais c'est tout de même réciproque, parce que lui perds son temps dans le travail et n'est jamais là pour moi. Toujours occupé avec ses clients, avec un nouveau contrat d'emploi ou en bagarre avec son boss. Et ma mère est morte, suite à une overdose de drogues. Et ouais, quelle famille ! Un père jamais présent et une mère droguée. Génial quoi, le summum de la perfection ! Je détestes ma famille, je vis ma vis comme je le veux. À ma façon. Jamais je ne voudrais ressembler, même pas un peux à mon entourage. Je ne veux pas finir comme eux, c'est donc pour ça que je veux former mon chemin, ma trace à moi. Je veux mourir en sachant ayant marqué ce monde avec ma personnalité. C'est uniquement sur moi que je peux compter, il n'y a personne d'autre. Tout seul et fier. Tête haute et fier. La solitude c'est génial. Personne ne peux te contredire ou se mettre dans ton chemin, c'est toi, ton cerveau, ton corps et ton coeur. Ton coeur ...

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...