Truly.

Ceci est une fiction en français. Probablement traduite en anglais par le temps. J'espère que vous aimerez... C'est une histoire divisée en 3 parties distinctes : Truly, Madly & Deeply (Vraiment, Follement & Profondément) Un simple concert pourrait changer la vie de 4 jeunes filles. Émie, personnage principale, est la soeur aînée de Constance. Rose & Jade, ses meilleures amies, seront avec elle tout au long de l'histoire. Histoire de pure amitié, voire famille, qui se changera peut-être en amour... À vous de voir ! Surprises, fous rires, chicanes, amours et déceptions vous attendent. Aussi, je tiens à vous mentionner qu'elle est la première partie d'une trilogie. Le deuxième sera Madly et le dernier Deeply. Ce qui forme Truly, Madly, Deeply. Vous allez comprendre le lien à la toute fin ! J'espère que vous aimerez. Sur ce, bonne lecture !


5Likes
1Comments
1770Views
AA

14. La vérité

Louis a ralenti, arrivant près de ma demeure. Il est sorti de la voiture, m'a ouvert la porte et m'agrippa par les hanches. Il m'attira vers lui, me fit un calin et me chuchota : ''J'ignore comment une fille aussi fabuleuse que toi a pu vivre une vie si difficile ... Saches que je suis là pour toi chère carotte. Je t'aime bien, tu sais.'' J'ai fait un sourire, le plus sincère que je puisse faire. Je rougissait, comme toujours. Je l'ai regardé dans les yeux, me suis approché puis ... L'as embrassé sur la joue. Je n'était tout simplement incappable d'aller plus loin. Je devais, avant tout, en avoir le coeur net avec Tristan. J'étais confuse, car je ne me sentais pas comme avant lorsque je suis près de lui. J'ai encore des papillons et je frissonne lorsqu'on mentionne son nom mais ... Je ne peux pas le décrire, je sais tout simplement que c'est différent. Beaucoup même. Allons, je dois aller me préparer. Il passe me prendre dans deux heures déjà. J'ai grimpé les marches à une vitesse folle. J'ai fait un rapide calin à ma petite soeur et me suis dirrigée vers la salle de bain. J'ai vité démêlé mes cheveux en bataille. Constance sorti la robe et me la montra. Parfait. J'ai choisi mes bijoux et mes souliers. Ma soeur sorti le fer et commença mes cheveux. Deux heures plus tard, la sonette de la porte retentit. Ma soeur venait de terminer les retouches. Juste à temps ! Nous avons été chanceuses. Je sais que mes cheveux, longs et épais, sont durs à placer. Constance avait réussi avec brio. Elle n'a peut-être que 15 ans, mais elle est tout-de-même très bonne ! J'ai descendu les marches prudemment et j'ai ouvert la porte. Tristan se tenait bien droit, me regardait dans les yeux avec son regard perçant et me tendit le bras, me laissant découvrir un magnifique bouquet de roses blanches. Un petit papier dépassait du bouquet. Je l'ai soigneusement ouvert, et j'ai lu quelques mots écrits à la plume dorée. La caligraphie était impressionnante, minutieuse et controlée. Les mots s'affichèrent dans ma mémoire, impossible de les effacer. En fait, je ne voulais sous aucun prétexte les effacer. ''L'amour que je ressens pour toi changera uniquement lorsque ces roses changeront de couleur.'' OH. MON. DIEU. Est-ce que, lui étant un garçon, est vraiment cappable d'écrire une phrase aussi parfaite ? Et romantique ? Et poétique ? Et adorable ? Et parfaite ! Je crois que je retombe amoureuse de lui, comme avant. Plus qu'avant. C'était indéchiffrable, incompréhensible.Pourtant, les papillons ne se montraient pas le bout du nez. Sûrement l'émotion. J'ai souri, replié le papier et l'ai remi à sa place. J'ai fait un léger calin à Tristan, toujours jouant au jeu de l'innateignable. J'ai passé devant lui, lui emboitant le pas. Je me dirrigeais vers la voiture, lorsque j'ai glissé. Tristan, étant derrière moi, m'a attrapé les hanches puis mit une main derrière mon dos. Il m'avait rattrappé ! Je n'avais pas tombé par terre ! J'étais penchée, sa tête au dessus de la mienne. C'était comme dans les films, lorsque le couple danse le tango et que l'homme fait tournoyer la fille, la tenant du bout des doigts. Il lui tire ensuite le bras, la fesant retournoyer du sens inverse pour lui tomber dans les bras. J'étais, présentement, dans cette position. Tristan me regardait, de même pour moi. Il s'avança vers moi. Je ne voulais pas l'embrasser, pas maintenant ! Je n'étais pas prête ! Je devais passer la soirée en tête à tête avant, question de confirmer mes sentiments. Mais comment l'éviter, ce baiser ? Je devais faire ça subtil, question de ne pas avoir l'air de me dégonfler. Que faire, que faire ! Je devais penser vite, car ses lèvres se rapprochaient des miennes dangereusement ...

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...