Another day, Another night.

Abbygaelle March Sullivan est une jeune fille de 17 ans. Elle adore vivre sa vie comme elle le chante. Jusqu'à ce qu'on terrible accident lui gâche entièrement la vie... Les One Direction, comme on les appelle si bien au lycée, l'aideront à traverser cette difficile épreuve. Le problème est le suivant. Va-t-elle craquer ? Va-t-elle toujours avoir cette joie qui l'habitait ?




-MS.

9Likes
10Comments
2130Views
AA

10. La suite d'évènements.

L'infirmière du secteur avertit Alyssa de quitter ma chambre, l'heure des visites étant terminée. Je la laissais partir, à contre-coeur. Ça fait un mois qu'elle fait le chemin de chez elle, jusqu'au restaurant où elle me prend un café et des beignets, marcher jusqu'à l'hôpital, puis jusqu'au lycée. Une petite heure plus tard, je regardais une émission à la télé quand on toqua à ma porte.

-Mlle Sullivan ? Ah, par chance, vous ne vous promenez pas encore.

-Qu'est-ce qui se passe, Doc ?

-J'ai une bonne nouvelle, elle va vous réjouir.

-Dites moi que je vais sortir d'ici, sinon ce n'est pas une bonne nouvelle.

-Demain matin, vous pourrez quitter l'hôpital.

-QUOI ?

-Si si, je vous assure. Appellez quelqu'un pour qu'il vienne vous chercher.

Je m'élançais sur ma chaise, très près de m'étaler comme une grosse crêpe, mais assez heureuse pour m'en foutre. Je me poussais jusqu'au téléphone mural et composais le numéro de chez moi. Une sonnerie, puis deux et trois, ensuite la boite vocale. Je rappellais encore. Et une fois de plus, la boite vocale. Alyssa, elle a son portable ! Je composais son numéro et lui demandais pourquoi ça ne répondait pas chez moi.

-Abby... Tes... Tes parents sont morts dans l'accident. Tu es arrivée, ensanglantée et tu criais que tu voulais voir ton père. Mais il  n'est jamais arrivé, déclaré mort sur place. Ta mère, de même,  je suis désolée...

Mon coeur et le temps se sont arrêté. Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? C'est... Impossible.

-Mais... Qui étaient ces adultes qui sont venus me voir pendant un mois ? criais-je presque.

-C'était mes parents. Les miens sont venus te voir.

S'en était trop. Je lachais le téléphone qui heurta le mur, sortis de la chambre, en larmes, et allais voir l'infirmière.

-Je suis désolée, hum, est-ce que mes parents ont été admis ici ?

-Qui sont-ils ?

-Margaret & Joseph Sullivan.

-Heu, attendez moi voir... Sanders, Simmons... Stevenson... Ah ! Sullivan. Effectivement, Margaret & Joseph Sullivan ont été admis ici le mois dernier et y sont décédés.

Mes doutes se sont malheureusement confirmés.  Mes parents sont morts. Mais pourquoi ne m'en rappellais-je pas ? Je remerciais doucement l'infirmière et retournais dans ma chambre, complètement chamboulé par les évènements. Le téléphone lançait des tonalités, brisant le silence devenu lourd dans la pièce. Je le raccrochais et il sonna immédiatement. Alyssa devait essayer de m'appeller en vain. Je décrochais.

-ABBYGAELLE MARCH SULLIVAN. Arrête de me faire des peurs pareilles, putain ! J'ai cru que t'étais morte pendant un instant !

J'ai simplement soupiré en guise de réponse. J'étais anéantie.

-Hé, je peux te dire un truc ? reprit-elle. Les gars vont venir te voir demain, avec moi.

-D'accord... Moi aussi j'ai un truc à te dire.

-Quoi ?

-Je sors demain.

-OH MON DIEU, dis moi que tu blagues ?

-Non ma chère.

Un rire franc s'échappa de mes lèvres quand je l'entendais hurler que j'allais sortir de l'autre côté du combiné. Une voix masculine s'éleva, réclamant le silance. Une phras incompréhensible débitait de sa bouche, sur un ton neutre. Je dis à Alyssa que j'allais dormir, elle me répondit «Bonne nuit !» avant d'entendre à nouveau la tonalité. Pour un samedi, c'était plutôt mouvementé.

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...