Another day, Another night.

Abbygaelle March Sullivan est une jeune fille de 17 ans. Elle adore vivre sa vie comme elle le chante. Jusqu'à ce qu'on terrible accident lui gâche entièrement la vie... Les One Direction, comme on les appelle si bien au lycée, l'aideront à traverser cette difficile épreuve. Le problème est le suivant. Va-t-elle craquer ? Va-t-elle toujours avoir cette joie qui l'habitait ?




-MS.

9Likes
10Comments
2146Views
AA

6. Au même moment - H POV.

Harry's POV.

Je m'en veux de l'avoir laissée partir. J'aurais du l'en empêcher, je suis sur qu'il va se passer quelque chose. Plus inquiétant encore, elle n'a pas de portable, aucun moyen de la rejoindre. Sa me fout les nerfs en boule. Je faisais les cent pas dans le salon. Ma mère posa sa main sur mon épaule.

-Harry, chéri, il faut que tu ailles te coucher, et ne t'en fait pas, Abby va bien, j'en suis sure. Tu la verras demain à l'école.

Ces mots voulaient être réconfortant, mais ne l'étaient pas. J'acquiessais, donna un sourire à ma mère et alla me coucher. J'enfilais seulement un chandail blanc et m'emmitouflais dans mes draps. J'etais vraiment inquiet pour Abby. Je repensais à ce qui s'était passé sur le sofa, une heure auparavant. J'ai posé mes lèvres sur les siennes, inconsciemment. Je me demande quel effect ça lui a fait. En y repensant, elle avait le même air étonné que moi. J'aurais tellement voulu le prolonger, ce "baiser". Pourquoi je ne l'ai pas fait ? J'ai trop de respect envers ma meilleure amie pour lui avouer que... Eh bah, que je suis tombé amoureux d'elle. C'est très difficile de le cacher. Déjà que je n'en n'ai jamais parlé aux gars... Ils ne la connaissent que depuis ce midi, de toute façon. Ils me trouveraient bien con si je leur avouait ça.

C'est en pensant a elle que je m'endormais.

- ... AAAAAAAH. Merde... Le cauchemar de malade...

Je me réveillais en sursaut, mon tshirt était maintenant trempé, mes cheveux étaient humide, mon front reluisait. Jai rêvé que je la perdais, que je ne la reverrai plus jamais. C'était affreux, sincèrement. Je regardais l'heure sur mon réveil. 2h53 du matin. Bon... Autant se rendormir.

Cette fois-ci, au lieu d'un cauchemar, j'ai rêvé à comment je l'ai rencontrée. C'était il y a 4 ans, je marchais dans les couloirs sur l'heure du déjeuner. Je bouclais encore plus à l'époque. C'est là que je l'ai vue, courrant dans le couloir, en se rendant aux toilettes, les cheveux en bataille. Il y avait une odeur des plus dégoutantes. J'ai remarqué qu'elle avait des... trucs dans les cheveux. En plus, son t-shirt blanc crème était fichu. Elle avait du orange, du rouge, du beige... J'en ai déduit que c'était de la nourriture. Je me suis senti mal pour elle. Une fois qu'elle soit entrée, et ce, sans aucune arrière-pensée, je suis entré à mon tour dans ces toilettes. Elle s'était assise sur le comptoir, entre deux lavabos, essayant tant bien que mal d'ôter les petits bout qui restait. Elle avait les yeux rougis, enfin, c'est l'image que le miroir me renvoyait. Elle ne m'avait pas remarqué.

-Dit, je peux t'aider ?

Elle ne m'a pas répondu sur le coup. Jusqu'à ce que je pose ma main sur son épaule. Elle a sursauté, m'a regardé dans le miroir et repoussa ma main.

-Je peux très bien m'en charger toute seule.

-Non, attend...

Une fille était entrée dans la salle de bain, avec une trousse dans les mains.

-Hum, je suis désolé, est-ce que tu aurais un peigne ou une brosse à me prêter, s'il-te-plait ?

D'après moi, elle était trop concentrée sur son image de fille parfaite qu'elle me passa sa brosse à cheveux sans m'adresser un regard.

-Merci...

J'ai commencé à lui brosser les cheveux. Je les mouillais, brossais, je recommencais. Quelques morceaux s'en détachais, pour le mieux. Au bout d'une dizaine de minutes, j'en avait terminé. La fille était partie depuis longtemps, sans me redemander sa brosse.

-J'ai terminé.

-Merci beaucoup. me dit-elle doucement. Pourquoi tu m'aides ? Pourquoi t'es aussi gentil avec moi ?

-Parce que, je ne sais pas. J'aime pas voir les gens tristes. Sa me rend mal, je me dois de les aider. Comme dans ton cas. Et puis, qui est-ce qui t'as fait ça ?

-Les capitaines des équipes de sport... Basket-ball, soccer, football, hockey & cheerlearders...

-Qu'est-ce que tu leur a fait ?

-Absolument rien. Juste parce que ma mère veux offrir des gâteaux aux gens de l'école, parce qu'elle adore faire de la pâtisserie, et ils disent que mon père est un ivrogne écervelé.

Ses yeux s'étaient embués à ce moment là. Je la pris dans mes bras.

-J'm'appelle Harry.

-Abbygaelle.

-Joli nom, Abbygaelle.

-Abbygaelle, c'est trop long, donc juste Abby. Et merci, j'aime bien le tien aussi.

Je lui ai souri, elle a répondu à ce sourire. Depuis ce temps, on ne se lâche plus.

 

On était gosses, on avait 13 et 14 ans. J'ai passé le plus clair de mon temps d'adolescent avec elle. En 4 ans, il n'y a jamais eu de malaise, de froid ou autre choses de la sorte entre nous. Jusqu'à aujourd'hui avec cet incident. J'ai remarqué que j'étais amoureux d'elle depuis au moins un an, deux tout au plus. Je n'ai jamais osé lui avouer... Je ne voulais pas savoir ce que ça aurait fait si je le lui aurait dit. Est-ce qu'elle m'aurait repoussé ? Est-ce qu'elle m'aurait dit que c'était réciproque ? Est-ce qu'elle m'aurait parlé quand même ? M'aurait-elle ignoré par la suite ? Avec toutes ces questions, je finis par me rendormir.

 

Join MovellasFind out what all the buzz is about. Join now to start sharing your creativity and passion
Loading ...